Sharp envisage de demander une aide à ses créanciers-srce

le
0

* Le groupe doit consolider ses finances pour se restructurer * L'aide prendrait la forme d'un échange dette-actions * La perte pourrait dépasser 100 mds de yens en 2014/2015 * Le titre a perdu 3,5% à Tokyo, au-dessus de ses plus bas (Actualisé avec détails) par Reiji Murai TOKYO, 3 mars (Reuters) - Sharp 6753.T s'apprête à solliciter une aide auprès de ses deux principaux créanciers, le groupe d'électronique japonais anticipant pour l'exercice fiscal en cours une hausse des pertes de dépréciation sur des activités non rentables, a dit mardi une source proche du dossier. Avec ce probable second plan de sauvetage en trois ans en dépit d'une profonde restructuration, Sharp compte lever jusqu'à 200 milliards de yens (1,52 milliard d'euros), essentiellement via un échange de dette, écrit le quotidien Nikkei, le premier à relayer l'information. A la Bourse de Tokyo, l'action Sharp a fini en baisse de 3,54% après avoir perdu jusqu'à 9,8% en séance. Il y a un mois, Sharp avait dit qu'il subirait sur 2014-2015 sa troisième perte annuelle en quatre ans, une concurrence féroce sur les prix sapant son chiffre d'affaires dans les équipements pour smartphones, l'activité sur laquelle la société comptait appuyer sa croissance. Elle avait alors annoncé un réexamen stratégique. ID:nL6N0VD1GY Dans le secteur de l'électronique grand public, Sharp souffre de la concurrence d'Apple AAPL.O , Samsung Electronics 005930.KS et des fabricants chinois bon marché. Mais à la différence de Panasonic 6752.T et Sony 6758.T qui ont quelque peu réussi à tirer leur épingle du jeu en restructurant certaines activités, Sharp, principal fournisseur d'écrans à Apple, continue de souffrir. "Il semble difficile pour l'entreprise de survivre par elle-même (même après un plan d'aide)", commente Mitsushige Akino, gérant chez Ichiyoshi Asset Management, ajoutant que la société a fait une énorme erreur en misant sur les petits et moyens écrans dont les prix baissent de 20 à 30% par an. Sharp va solliciter l'aide des banques Mizuho 8411.T et Bank of Tokyo-Mitsubishi UFJ 8306.T en vue de renforcer son bilan avant de se lancer dans une restructuration, a dit la source, soulignant qu'aucune décision formelle n'avait encore été prise. ÉCHANGE DE DETTE ? Le groupe japonais a dit dans un communiqué étudier différentes options mais que rien n'avait encore décidé. Les représentants des deux banques ont pour leur part indiqué que Sharp n'avait pas encore fait de demande. Selon des sources bancaires, un échange dette-actions est l'option la plus réaliste, étant donné que Sharp a émis pour plus de 100 milliards de yens d'actions nouvelles en 2013 et que le groupe est endetté à hauteur de huit milliards de dollars (7,15 milliards d'euros). Selon ces mêmes sources, aucune décision n'a cependant été prise. D'après les médias locaux, outre l'échange de dette d'un montant équivalent à 150 milliards de yens (1,3 milliard de dollars ou 1,1 milliard d'euros), Sharp pourrait fermer quatre usines, sortir de l'activité photovoltaïque et solliciter des apports de fonds d'autres groupes du secteur comme Samsung, qui détient une participation de 3% dans le japonais. Selon le Nikkei, en raison de dépréciations passées notamment sur l'activité panneaux solaires, la perte annuelle sur l'exercice 2014-2015, clos le 31 mars, pourrait dépasser les 100 milliards de yens contre une prévision de Sharp d'une perte de 30 milliards. (Reiji Murai, Benoît Van Overstraeten pour le service français)

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant