Shaolin Soccer, l'avenir du football chinois

le
0
Shaolin Soccer, l'avenir du football chinois
Shaolin Soccer, l'avenir du football chinois

Alors qu'elle compte plus d'un milliard d'habitants, la Chine n'arrive toujours pas à aligner une équipe de onze joueurs qui fasse rêver. Pour que le pays devienne une superpuissance du football, l'école Tagou, près du monastère Shaolin, a donc décidé d'ouvrir une section foot. Le but : mieux jouer grâce aux arts martiaux.

"Les Chinois ont obtenu les JO d'été à Pékin en 2008 et organiseront les JO d'hiver en 2022. Il y aurait une certaine logique à ce qu'ils obtiennent à brève échéance l'organisation d'une Coupe du monde de football. Mais après, la gagner, c'est une autre histoire…", décryptait l'économiste du sport Jean-Pascal Gayant dans les colonnes des Échos. Certainement piqué dans son orgueil à la lecture de cette presse, le président chinois Xi Jinping a compris le rôle très puissant du football. Suffisamment pour vouloir faire de la Chine une superpuissance de ce sport d'ici 2050. Problème, son pays est actuellement à la 84e place du classement FIFA, calé entre le Guatemala et le Kenya. À part une participation d'un Mondial 2002 ponctué de trois défaites et aucun but marqué, la sélection nationale n'a pas franchement l'occasion de briller. Alors si la Super League commence peu à peu à attirer des grands noms – pour l'instant plus pour les chèques que pour la beauté du jeu -, le vrai travail à fournir est dans la formation des jeunes. Le projet le plus créatif se trouve à Zhengzhou, dans la province du Henan, à 600 kilomètres au sud-ouest de Pékin. Là-bas, l'école Tagou, une des plus grandes d'arts martiaux en Chine, est installée à quelques pas du monastère Shaolin. Sa section foot rassemble 1500 enfants sur les 35 000 accueillis. Pour des résultats encore mitigés.

Au-delà du football


" Voler et faire des trucs géniaux, ça, je ne sais pas faire." Sun Linyuan, jeune joueur de douze ans, l'admet : il faudra encore un peu attendre avant de voir les figures du film Shaolin Soccer dans la vraie vie. " Mais plus tard, je saurai donner des coups de pied circulaires et je serai un meilleur footballeur", assure-t-il. L'échauffement est donc un peu particulier. Alors que les gamins occidentaux sont habitués au fameux trio lever de genoux/talons-fesses/pas chassés, les petits chinois préfèrent le combo roulades/coups de pieds/coups de poings. Chacun sa technique. "Nous cherchons à combiner le football aux techniques d'arts martiaux des moines de Shaolin,

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant