Shanghaï va libérer les ventes immobilières

le
0
INFOGRAPHIE La capitale financière chinoise veut assouplir les conditions d'achat de résidences secondaires pour relancer les ventes.

Confrontée à un effondrement de son marché immobilier, Shanghaï entend assouplir ses mesures de restriction d'achats. Selon le journal Shanghai Security News, la ville va prochainement autoriser l'achat d'une seconde résidence pour les personnes y ayant vécu au moins trois ans. Une acquisition jusqu'alors formellement exclue pour les «non-locaux» afin d'endiguer la spéculation et la flambée des prix. «Cela devrait faire augmenter les ventes immobilières de 20% à 30% à Shanghaï, explique Jack Gong, analyste à Jefferies Group Inc. à Hongkong, mais cela ne signifie pas pour autant que le gouvernement central entend lui aussi mettre en place de telles mesures d'assouplissement.»

S'évertuant à faire dégonfler la bulle immobilière, source de grogne sociale et de déstabilisation de l'économie, Pékin a mis en place depuis 2010 des mesures pour limiter le crédit ainsi que le nombre d'appartements que les particuliers peuvent acheter.

Pilier de la croissance

Mais aujourd'hui, le secteur immobilier chinois se retrouve particulièrement affecté par une chute de la demande alors que les prix ont commencé à baisser, provoquant l'attentisme de beaucoup d'acheteurs potentiels.

Selon un communiqué du Bureau national des statistiques, les prix de l'immobilier ont poursuivi en janvier leur mouvement de baisse dans la plupart des villes chinoises. Sur 70 villes faisant l'objet d'une enquête mensuelle, 48 ont vu le prix des appartements baisser par rapport au mois précédent, alors qu'il restait stable dans les 22 autres, aucune augmentation n'ayant été relevée.

Le gouvernement chinois ne semble pas pour autant vouloir lâcher du lest. «Au nom de l'équité et de la stabilité, les mesures de restriction ne peuvent pas être relâchées», a affirmé le premier ministre, Wen Jiabao, mi-février, mettant fin, au bout de trois jours, aux mesures de la ville de Wuhu, dans l'est du pays, qui consistaient à subventionner l'achat d'appartements pour relancer l'activité dans le secteur.

Toujours pour lutter contre la spéculation, le gouvernement chinois a annoncé fin janvier la création d'un fichier des propriétaires couvrant 40 villes. Cela afin d'empêcher les Chinois fortunés de contourner les interdictions imposées par les municipalités d'acheter plusieurs appartements, en multipliant les acquisitions dans différentes villes du pays.

Mais le gouvernement chinois se doit aussi d'éviter une contraction du secteur de la construction, un des piliers de l'économie chinoise, alors que celle-ci subit un ralentissement de sa croissance.

La Banque centrale chinoise a annoncé qu'elle allait réduire le ratio de réserves obligatoires des banques afin de leur dégager plus de manœuvres pour prêter, notamment aux primo-accédants qui peinent à trouver des logements.

 

 

LIRE AUSSI: 

» Les constructeurs auto chinois s'implantent en Europe 

» Paris fête le Nouvel An chinois 

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant