Shakhtar, une saison pas comme les autres

le
0
Shakhtar, une saison pas comme les autres
Shakhtar, une saison pas comme les autres

La nouvelle place forte du football ukrainien a vu son irrésistible ascension bousculée depuis quelques mois par des événements extra-sportifs de grande ampleur : climat de guerre civile, bombardements et affrontements entre pro-Ukrainiens et séparatistes pro-Russes. Il a fallu convaincre les expatriés de rester et déménager provisoirement à l'ouest du pays. Pour combien de temps ? Nul ne le sait.

Il y a des clubs obligés de disputer leurs rencontres à domicile hors de leurs bases car leur stade est en travaux. D'autres aussi sont contraints à l'exil car leur enceinte n'est pas aux normes requises. Et puis il y a le Shakhtar Donetsk, qui va accueillir ce mardi soir Porto à Lviv, 1 000 km à l'ouest de Donetsk, pour fuir la guerre et les bombardements. L'excuse calme donc. On ne vous apprend rien, ça craint sévère ces temps-ci en Ukraine. Le président Viktor Ianoukovytch a été destitué en février dernier et il règne depuis un climat de guerre civile dans le pays. La Crimée a été annexée par la Russie et des séparatistes se sont regroupés à l'est, près de la frontière russe. Ils n'acceptent pas la légitimité du nouveau gouvernement à Kiev. Du côté de Donetsk, l'une des plus grandes villes d'Ukraine et l'un des poumons économiques du pays, des affrontements violents opposent régulièrement les pro-Russes aux pro-Ukrainiens. C'est le cas aussi dans la ville voisine de Louhansk. Une large zone géographique est désormais entre les mains des rebelles, mais la situation reste extrêmement instable. Le 17 juillet, le vol MH17 de la Malaysia Airlines, en provenance d'Amsterdam et qui devait se rendre à Kuala Lumpur, s'écrasait sur la commune de Torez, à environ 70 km de Donetsk. Abattu en plein vol, très probablement par un missile. Les deux camps se rejettent la faute du drame, qui a coûté la vie à 298 personnes. Voici donc, très brièvement, le résumé du contexte dans lequel est contraint d'évoluer le Shakhtar Donetsk, l'incontestable et incontestée place forte actuelle du football ukrainien, quintuple champion national en titre, auteur de quelques « coups » sur la scène européenne, dont la conquête de la Coupe UEFA 2009.
Stade et centre d'entraînement bombardés
Sur le plan pratique, le club a donc été contraint de déménager expressément durant l'été pour continuer son activité. Le choix s'est porté sur Lviv comme ville de refuge, pour deux raisons principales : d'une part, c'est tout à l'ouest du pays, bien loin des conflits, et d'autre part, l'Arena Lviv, 35 000 places, construite pour l'Euro 2012, répond aux normes UEFA les plus récentes. Le Shakhtar peut donc accueillir ses rencontres en championnat comme en Coupe d'Europe dans une belle enceinte et bénéficier de conditions d'accueil et d'entraînement tout à fait acceptables. La situation est tout de même censée n'être que provisoire bien sûr.......

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant