SFR-Numericable : l'Autorité de la concurrence va mener un examen approfondi

le
0
SFR-Numericable : l'Autorité de la concurrence va mener un examen approfondi
SFR-Numericable : l'Autorité de la concurrence va mener un examen approfondi

La fusion envisagée début avril entre les opérateurs télécoms SFR et Numericable fera l'objet d'un «examen approfondi» de l'Autorité de la Concurrence. C'est ce qu'a confirmé mercredi Bruno Lasserre,son président au quotidien «Les Echos».

 

Le choix de Vivendi de céder SFR à Numericable, plutôt qu'à Bouygues, s'est notamment appuyé sur le fait qu'il est moins susceptible d'être rejeté par l'Autorité de la Concurrence, les deux entreprises étant plus complémentaires.

Pour l'heure, le gendarme de la concurrence n'a pas encore reçu de notification de Numericable. «La balle est dans le camp d'Altice-Numericable puisque le dossier n'a pas encore été notifié à l'Autorité de la concurrence», a indiqué Bruno Lasserre. «Des discussions sont en cours pour composer le dossier», a-t-il ajouté, précisant que son institution devait s'assurer qu'elle dispose de «toutes les informations pour instruire en connaissance de cause cette opération».

La durée d'instruction dépendra à ce titre de «la diligence» des parties à notifier ces opérations, a-t-il souligné en précisant que «le compte à rebours ne commencera que lorsque le dossier est complet». Il sera ensuite «soumis au collège à l'issue d'une procédure contradictoire qui permettra aux parties de réagir au diagnostic concurrentiel qui sera porté par l'Autorité».

«Plusieurs tests de marché, si nécessaire»

L'Autorité de la Concurrence, va par ailleurs, consulter les autres régulateurs sectoriels : l'Autorité des télécoms (Arcep) et le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA). «Nous ferons un, deux, voire plusieurs tests de marché si cela est nécessaire, à la fois pour recueillir le point de vue des acteurs des différents marchés que nous allons regarder - les mobiles, le fixe et les médias - ainsi que sur les remèdes que proposeront les parties pour justement répondre au préoccupations de concurrence que nous exprimerions», a-t-il ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant