SFR et Numericable en bonne voie pour amorcer la recomposition des télécoms

le
0
SFR et Numericable en bonne voie pour amorcer la recomposition des télécoms
SFR et Numericable en bonne voie pour amorcer la recomposition des télécoms

L'opérateur SFR, filiale dont Vivendi comptait se délester en l'introduisant en Bourse, semble en bonne voie de tomber dans l'escarcelle du câblo-opérateur Numericable, une opération qui pourrait amorcer une recomposition plus vaste du paysage français des télécoms.Vivendi a confirmé lundi avoir été approché par la holding Altice, maison mère de Numericable, en vue d'un "éventuel rapprochement" de ce dernier avec sa filiale télécoms SFR. Mais il a précisé n'avoir reçu à ce jour "aucune offre formelle", et démenti des informations des Echos faisant état d'un accord de principe en vue de cette cession.Dans un courriel aux salariés en milieu de journée, le PDG de SFR Jean-Yves Charlier a relativisé "des rumeurs dans les médias ces dernières heures selon lesquelles Numericable aurait la volonté de racheter SFR de façon imminente", et voulu "mettre en perspective cet emballement médiatique, récurrent ces derniers mois".Il évoque ainsi l'accord signé en février avec son concurrent Bouygues Telecom pour mutualiser une partie de leurs réseaux mobiles, et juge qu'il "renforce SFR dans sa place d'acteur majeur des télécoms et en fait le pivot autour duquel pourrait s'organiser la consolidation du marché"."Nous avons toutes les cartes en main pour jouer les premiers rôles dans les manoeuvres à venir. Et dans cette perspective, Vivendi et SFR étudieront toute opportunité qui répondrait à un véritable projet stratégique et industriel", ajoute M. Charlier.Selon Les Echos, l'opération valoriserait SFR à plus de 15 milliards d'euros, avec des synergies attendues à 6 milliards d'euros. Si les deux parties bouclent un accord, Altice détiendrait plus de 50% du nouvel ensemble SFR-Numericable, et Vivendi 32%, affirme le quotidien."Les avantages seront avant tout financiers pour les deux parties: d'un côté, Vivendi va se débarrasser de sa filiale, se désendetter et ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant