SFR dans le rouge au T1, plombé par les promotions

le , mis à jour à 12:21
2
    * C.A. du T1 en baisse de 6,1% à E2,57 mds 
    * Accuse une perte nette de E41 millions 
    * Recul du nombre d'abonnés fixes et mobiles 
    * Table sur un redressement au fil de 2016 
 
 (Actualisé avec commentaires d'analystes, cours de Bourse) 
    par Gwénaëlle Barzic et Mathieu Rosemain 
    PARIS, 11 mai (Reuters) - SFR  NUME.PA  a essuyé une perte 
au premier trimestre pénalisé par un recul de son chiffre 
d'affaires et une diminution du nombre de ses abonnés fixes 
comme mobiles dans un contexte de profusion de promotions sur le 
marché français des télécoms. 
    Le deuxième opérateur télécoms français anticipe toutefois 
un redressement au fil des prochains trimestres alors que la 
compétition pourrait s'assagir dans un marché figé à quatre 
opérateurs après l'échec de la tentative de mariage entre Orange 
 ORAN.PA  et Bouygues Telecom (Bouygues  BOUY.PA ) début avril. 
    A 11h47, le titre recule de 6,77% à 25,945 euros dans des 
volumes fournis, soit sa plus forte baisse en séance depuis 
début avril. Dans le même secteur, Orange recule de 1,06% et 
Bouygues Telecom (Bouygues) prend 0,02%. 
    Au même moment, l'indice SBF 120 recule de 0,87%. 
    Sur les trois premiers mois de l'année, le groupe né du 
rapprochement fin 2014 entre l'opérateur mobile SFR et le 
spécialiste du câble Numericable, a vu son chiffre d'affaires 
reculer de 6,1% à 2,57 milliards d'euros tandis que son Ebitda 
ajusté a accusé une baisse de 9,0% à 851 millions. 
    L'opérateur signe une perte nette de 41 millions d'euros à 
comparer à un bénéfice de 743 millions lors de la période 
correspondante l'an dernier. 
    "Comme prévu nous avons vu l'activité sans précédent de la 
promotion en France au T1 2016 et les contraintes sur les box 
avoir un impact sur les résultats publiés", souligne Jefferies 
dans une note. 
    De son côté, ODDO Securities souligne que le chiffre 
d'affaires publié au premier trimestre est "1,9% au-dessous des 
attentes, en raison des clients captés depuis décembre via des 
promotions agressives". 
    Dans le mobile, l'opérateur qui avait renoué avec les 
conquêtes de clients au quatrième trimestre, a de nouveau 
enregistré des défections d'abonnés mobiles avec un parc total 
d'abonnés grand public de 14,86 millions contre 15,82 millions 
au premier trimestre 2015. 
    Dans le fixe, le groupe a également vu son nombre d'abonnés 
reculer à 6,29 millions contre 6,52 millions un an plus tôt, 
tandis que le revenu moyen par abonnés a lui aussi diminué à 
33,9 euros (vs 34,3 euros), pénalisé par les promotions de ses 
concurrents et par une rupture d'approvisionnement dans ses box. 
     
    ATTENTES REVUES À LA BAISSE 
    "Cela a été un trimestre délicat en France mais nous avons 
bon espoir que notre programme d'accélération des 
investissements dans le réseau, notre offre de services enrichie 
en contenus et des améliorations opérationnelles dégageront de 
meilleurs résultats tout au long de 2016 avec la nouvelle 
direction", déclare Dexter Goei, directeur de la maison-mère de 
SFR, Altice, dans un communiqué. 
    Les investisseurs s'attendaient à un rude premier trimestre 
pour SFR, ce qui les avait récemment amené à revoir à la baisse 
leurs prévisions.       
    Le numéro un du secteur Orange semble avoir été davantage 
épargné par ces pressions concurrentielles, affichant une 
progression, bien qu'à un rythme ralenti, de ses conquêtes de 
clients mobiles dans l'Hexagone, à la faveur de son avance dans 
le déploiement du très haut débit fixe et mobile.   
    Bouygues Telecom publiera ses comptes vendredi tandis que 
les chiffres de Free, filiale d'Iliad  ILD.PA , sont attendus 
mardi prochain. 
    Altice, propriété du magnat des télécoms Patrick Drahi, a 
quant à elle affiché une progression de 0,9% de son excédent 
brut d'exploitation ajusté, ses performances au Portugal et aux 
Etats-Unis, où la société a racheté le câblo-opérateur 
Suddenlink, ayant contrebalancé les difficultés rencontrées en 
France.   
    Altice a réaffirmé anticiper une clôture de son autre 
acquisition américaine, Cablevision, d'ici la fin du trimestre 
en cours. 
     Le titre SFR avait clôturé mardi soir en hausse de 1,33% à 
27,83 euros, donnant une capitalisation boursière de 12,2 
milliards d'euros. Depuis le début de l'année, il perd quasiment 
17% alors que les valeurs du secteur  .SXKP  affichent en 
moyenne une légère progression (+1,26%). 
     
    Le communiqué: 
    http://bit.ly/1TadMvj 
 
 (Avec Raphaël Bloch, édité par Jean-Michel Bélot) 
 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M999141 il y a 9 mois

    SFR entend imposer l'achat de contenu à ses clients. Les clients n'ont pas besoin de SFR pour trouver du contenu sur internet. Si la stratégie ne change pas, l'hémorragie ne fait que commencer. L'internet n'est pas là pour imposer du contenu, c'est la raison de son succès et sans doute la raison du déclin de la presse traditionnelle..

  • M999141 il y a 9 mois

    SFR se moque de ses clients. Ils imposent par exemple une "option obligatoire payante" pour avoir accès à la TV, même si on ne l'utilise pas. Je pense qu'ils sont entrés dans une spirale de hausse des tarifs qui va encore faire fondre les clients fidèles. La baisse du Chiffre d'affaire n'est pas finie, à mon avis.