SFR: Bouygues renforce son offensive à deux jours de la date butoir

le
0
SFR: Bouygues renforce son offensive à deux jours de la date butoir
SFR: Bouygues renforce son offensive à deux jours de la date butoir

Deux jours avant la fin des négociations exclusives entre Numericable et Vivendi pour l'achat de sa fililale SFR, le groupe Bouygues a renforcé son offensive avec une nouvelle proposition essayant encore d'attirer l'attention de Vivendi.Le groupe Bouygues a laissé mercredi le choix à Vivendi entre recevoir plus d'argent liquide ou plus d'actions, s'il devait choisir de lui céder sa filiale de téléphonie mobile SFR.Bouygues a annoncé que son offre de rachat de SFR datant du 12 mars, qui donnait une part en capital plus élevée à son propriétaire actuel Vivendi, restait sur la table, laissant ainsi au vendeur le choix entre cette proposition et celle, plus généreuse en numéraire, présentée le 20 mars.Bouygues a également évoqué dans un document adressé à Vivendi un nouvel obstacle réglementaire au rachat de SFR par son concurrent Numericable, dont le principal actionnaire est étranger, ce qui soumettrait selon lui cet accord à une autorisation préalable du gouvernement.Le groupe de Martin Bouygues essaye ainsi de revenir dans le jeu, alors que Vivendi a choisi le 14 mars d'entrer en négociations exclusives avec Numericable avec comme date butoir le 4 avril. Le propriétaire de SFR a laissé la possibilité à son Conseil de surveillance d'examiner à l'issue de ces trois semaines "les suites à donner et s'il doit en conséquence mettre un terme aux autres options envisagées".L'offre d'Altice prévoyait un paiement à Vivendi de 11,75 milliards d'euros, et l'attribution de 32% du capital de l'entité cotée qui naîtrait d'un rapprochement entre Numericable et SFR.- Une proposition d'achat améliorée - Bouygues avait indiqué pour sa part dans son offre du 12 mars que "Vivendi recevrait 11,3 milliards d'euros en numéraire et 43% du capital du nouvel ensemble" à naître de la fusion entre SFR et Bouygues Telecom.Cette proposition de rachat avait été augmentée de 800 millions d'euros pour la partie en numéraire par ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant