SFR: Bouygues fait un premier geste pour amadouer le gendarme de la concurrence

le
0
SFR: Bouygues fait un premier geste pour amadouer le gendarme de la concurrence
SFR: Bouygues fait un premier geste pour amadouer le gendarme de la concurrence

En acceptant de céder des actifs clef à Free, Bouygues Telecom fait une première concession afin de convaincre le gendarme de la concurrence qu?un rachat de l'opérateur SFR, débouchant sur une concentration du secteur, pourrait être acceptable, et fait le bonheur de Free.L'opérateur a indiqué dimanche qu'il était prêt à céder l'intégralité de son réseau mobile, soit "15.000 antennes et un portefeuille de fréquences, dont une partie pour la 4G", à son concurrent Free, mais cette offre est conditionnée au succès du rachat de la filiale télécom de Vivendi."Martin Bouygues est conscient que l'Autorité de la concurrence va demander un rééquilibrage de la concurrence", a souligné une source proche du groupe, puisque le projet de mariage entre SFR et Bouygues Telecom réduirait le nombre d'opérateurs de 4 à 3.Et, de ce point de vue, cette opération renforcerait Free qui "pourra continuer à jouer son rôle d'animateur du marché", en maintenant des prix bas, a expliqué cette source.Avec cette transaction, "Bouygues met des atouts de son côté", alors que le nouvel ensemble présenterait plus de 50% des abonnés mobile français, a relevé Yves Gassot, spécialiste des télécoms pour l'Institut de l'audiovisuel et des télécoms en Europe (Idate)."C'est une décision lourde de conséquences" pour Bouygues, qui avait investi dans les infrastructures, les fréquences et lancé la 4G en voulant être en pointe, a noté ce spécialiste du centre de recherche sur le numérique.Free, qui s'était vu imposer d'investir pour la construction de son réseau propre, saisit ainsi une opportunité bienvenue. L'opérateur, dont le principal actionnaire est Xavier Niel, fonctionnait grâce à un accord avec Orange. Free disposait de 3.000 antennes et utilisait 12.000 antennes d'Orange dans le cadre d'un accord d'itinérance, qui représente cependant un coût à chaque fois qu'un abonné Free utilise le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant