SFPI: un flottant des plus réduits.

le
0

(CercleFinance.com) - Aussi discrètement qu'il est arrivé en Bourse, fin 2015, le groupe SFPI a publié, hier, de premiers comptes semestriels de bonne facture. Certes, les prévisions sont plutôt conservatrices et la valorisation relativement élevée. Mais c'est surtout son flottant très réduit qui, en Bourse, pénalise cette grosse PME à l'effectif proche de 4.000 salariés.

Au 30 juin, la Société financière de participation industrielle (SFPI), spécialisée d'abord dans les systèmes de fermeture des bâtiments (ce qui comprend l'ex-Securidev, via la filiale cotée Dom Security), et aussi dans le traitement de l'air pour l'industrie, a enregistré des facturations de 263,9 millions d'euros, en hausse de 4,7% en données publiées. En organique, la croissance se monte à 3%, indique le groupe, qui a acquis l'espagnol Dom-MCM en mai 2015.

Le redressement des comptes est autrement plus spectaculaire : le résultat opérationnel courant a pratiquement doublé à 11,3 millions, portant la marge à 4,3% des ventes. Et le bénéfice net part du groupe, multiplié par 8,9, atteint 6,2 millions d'euros (0,071 euro par action).

La solidité du bilan mérite d'être signalée : alors que SFPI capitalise en Bourse 273 millions d'euros et revendique 157,4 millions d'euros de fonds propres part du groupe, il est aussi en situation de trésorerie nette positive à hauteur de 46,8 millions. Soit près de 20% de la capitalisation.

SFPI vise toujours, sur l'ensemble de l'année, un CA d'environ 525 millions. Ce qui présage donc, au deuxième semestre, de ventes légèrement plus faibles que celles de la première moitié de l'année. Ainsi que d'une hausse publiée de 3,1% entre 2015 et 2016.

Quid de la valorisation ? Après des débuts vers 7 euros peu après le 7 décembre 2015, l'action SFPI s'est rapidement ajustée à la Bourse de Paris aux environs immédiats de 3 euros, d'où elle ne varie plus guère. Ce qui fait ressortir un PER plutôt élevé de 21 fois, soit près de 18 fois hors trésorerie.

Mais le point noir de cette valeur nouvellement venue, dont la capitalisation se compare avec celles de Fleury Michon, Le Bélier, Groupe Gorgé, Ausy, CNIM ou encore Plastivaloire, est sans doute sa faible liquidité.

Au côté des dirigeants-fondateurs (71,2% du capital ; dont le PDG, Henri Morel, qui contrôle le tour de table) et de trois fonds (BNP Paribas Développement, Naxicap Partners et CM-CIC Investissement ; 26% du capital à eux trois), le flottant de SFPI est des plus réduits : 2,8% selon la société, ce qui en outre comprend l'autodétention. La place disponible pour l'actionnaire minoritaire est donc, pour l'instant du moins, fort symbolique.

EG


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant