Seydou Doumbia : "On s'attend à souffrir au Parc"

le
0
Seydou Doumbia : "On s'attend à souffrir au Parc"
Seydou Doumbia : "On s'attend à souffrir au Parc"

Fine gâchette des Young Boys Berne et du CSKA Moscou, égaré à l'AS Roma et à Newcastle, l'Ivoirien Seydou Doumbia retrouve ses sensations de buteur au FC Bâle. Le meilleur club suisse, qui affronte le Paris-SG mercredi soir au parc des Princes en Ligue des champions, compte beaucoup sur son actuel meilleur réalisateur, ancien vendeur de rue à Abidjan, pour rendre la soirée des potes à Cavani la plus compliquée possible. Interview.

Bonjour Seydou. Te tiens-tu au courant des nombreuses discussions qui agitent l'actualité du Paris-SG ? Ben Arfa et Jesé qui cirent le banc, une partie de la presse française qui critique les choix d'Unai Emery, etc.
Pas vraiment, non. Je sais que Ben Arfa ne joue quasiment jamais. Pour le reste, non, tu me l'apprends. J'ignorais que l'entraîneur était critiqué. À la limite, tant mieux si les Parisiens ont des problèmes. On parle d'eux et pas de nous. Et si on peut profiter de leurs soucis pour les gêner, on ne va pas se priver. Mais on a vraiment commencé à parler de ce match lundi matin. Nous avons regardé quelques vidéos du PSG, dont le dernier match à Nancy (2-1). Ils ont été mis en difficulté, c'est vrai. Mais la Ligue 1 et la Ligue des champions, c'est différent. Le PSG est une grosse équipe, une des meilleures d'Europe. Si on prend un point à Paris, ce sera une très belle performance.

On dit que le PSG est moins fort que la saison dernière…
Ibrahimović est parti, c'est exact, mais Cavani n'arrête pas de marquer. Le PSG domine moins le championnat que l'année dernière.
"Ce soir, au Parc des Princes, on s'attend à souffrir."
Cela prouve qu'avoir beaucoup d'argent, ça ne fait pas tout. Mais nous n'en sommes qu'au début. On s'attend à souffrir. Il va falloir faire mieux qu'à Arsenal (0-2), où les Anglais avaient eu beaucoup trop d'occasions. De toute manière, si on veut atteindre notre objectif, c'est-à-dire terminer au moins à la troisième place pour être reversés en Ligue Europa, nous n'avons pas le choix…


Est-il d'ailleurs exact que tu aurais pu venir jouer en France l'hiver dernier ?
Oui, à Marseille. J'avais eu le président de l'époque, Vincent Labrune, au téléphone. Moi, je voulais venir, même si la situation de l'équipe était compliquée. Mais cela n'avait pas pu se faire. Je suis sous contrat avec l'AS Roma jusqu'en juin 2019, et on m'avait expliqué que c'était compliqué de me prêter à l'OM. Je n'ai pas eu d'explications. Dommage, car…





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant