Seydou Doumbia, des mouchoirs à Moscou

le
0
Seydou Doumbia, des mouchoirs à Moscou
Seydou Doumbia, des mouchoirs à Moscou

Plus jeune que Drogba, plus complet que Bony, plus régulier que Kalou, il y a Seydou Doumbia, fin prêt à rejoindre un top club. À 26 ans, l'attaquant du CSKA Moscou serait d'ailleurs l'une des cibles prioritaires du Chelsea de José Mourinho. Rien que ça. Une rumeur mercato qui fait office de cerise sur le gâteau tant Seydou n'a pas eu la vie facile. Du petit vendeur de mouchoirs d'Abidjan à l'excellent attaquant du champion Russe, il n'y a qu'un seul récit, celui de Seydou.C'est une journée chaude et lourde à Abidjan. Le brouhaha des klaxons et des bruits de moteurs jaillit de l'immense poussière ambiante. Seydou Doumbia a fini sa journée de boulot. Dans les embouteillages de la capitale, il vend des mouchoirs aux voitures à l'arrêt. Ce jour là, il a décidé d'aller toquer à la porte du centre de formation de l'AS Athlétic Adjamé. "Je me rappelle l'avoir aperçu en train de vendre ses mouchoirs. Je lui ai sommé de reprendre l'école, mais il m'a répondu que pour manger il n'avait pas le choix. Il avait 11 ans", se souvient le président du club de D2 ivoirienne, Olivier Koutouan. Pour l'homme, la rencontre avec le petit garçon est un électrochoc. "C'était en enfant de la rue, comme il y en a beaucoup en Afrique. Il était un peu turbulent.". Le gamin, dont le père est absent et la mère submergée par le boulot, est rapidement pris en charge par Olivier. "Dès qu'il a tapé dans le ballon, j'ai su qu'il avait un truc plus que les autres. Il allait plus vite, frappait plus fort.". Se développe alors une vraie relation presque paternelle entre les deux individus. "Un jour, je suis allé voir sa mère et ses oncles et j'ai décidé de l'adopter.". Olivier en fera un fils. Mais aussi une grande fierté. Le gamin, jusque-là déscolarisé, reprend l'école et enchaîne les entraînements, les séances de cassettes vidéos. Le but ? Devenir le meilleur joueur du pays, avant de devenir l'un des meilleurs d'Europe.
Vidéofutur et séquestration au Japon
Très vite, Doumbia est fixé au poste d'attaquant. Trop puissant pour être simple animateur de jeu, trop buteur pour être ailier, le gamin apprend doucement ses gammes dans le club de son père adoptif. Il rejoint le Tomoudi FC où évolue un certain Gervinho. Mais le gamin est rejeté par le reste du groupe. Pourtant buteur à chacune de ses apparitions, Seydou est retiré du club par Olivier. Pas le temps de déchanter pour les deux compères, puisque l'AS Denguelé, club de D1, le recrute dans la foulée. À 17 piges, le gars devient meilleur buteur du championnat avec 15 buts en 20 matchs de championnat. Impressionnant. "Pour qu'il soit le plus complet possible, j'avais compilé des cassettes de buts de Ronaldo, Thierry Henry et d'Eto'o. Il a du coup pioché dans les caractéristiques des uns et des autres" raconte le paternel. Les petites tribunes de 3000 places du Stade...

C'est une journée chaude et lourde à Abidjan. Le brouhaha des klaxons et des bruits de moteurs jaillit de l'immense poussière ambiante. Seydou Doumbia a fini sa journée de boulot. Dans les embouteillages de la capitale, il vend des mouchoirs aux voitures à l'arrêt. Ce jour là, il a décidé d'aller toquer à la porte du centre de formation de l'AS Athlétic Adjamé. "Je me rappelle l'avoir aperçu en train de vendre ses mouchoirs. Je lui ai sommé de reprendre l'école, mais il m'a répondu que pour manger il n'avait pas le choix. Il avait 11 ans", se souvient le président du club de D2 ivoirienne, Olivier Koutouan. Pour l'homme, la rencontre avec le petit garçon est un électrochoc. "C'était en enfant de la rue, comme il y en a beaucoup en Afrique. Il était un peu turbulent.". Le gamin, dont le père est absent et la mère submergée par le boulot, est rapidement pris en charge par Olivier. "Dès qu'il a tapé dans le ballon, j'ai su qu'il avait un truc plus que les autres. Il allait plus vite, frappait plus fort.". Se développe alors une vraie relation presque paternelle entre les deux individus. "Un jour, je suis allé voir sa mère et ses oncles et j'ai décidé de l'adopter.". Olivier en fera un fils. Mais aussi une grande fierté. Le gamin, jusque-là déscolarisé, reprend l'école et enchaîne les entraînements, les séances de cassettes vidéos. Le but ? Devenir le meilleur joueur du pays, avant de devenir l'un des meilleurs d'Europe.
Vidéofutur et séquestration au Japon
Très vite, Doumbia est fixé au poste d'attaquant. Trop puissant pour être simple animateur de jeu, trop buteur pour être ailier, le gamin apprend doucement ses gammes dans le club de son père adoptif. Il rejoint le Tomoudi FC où évolue un certain Gervinho. Mais le gamin est rejeté par le reste du groupe. Pourtant buteur à chacune de ses apparitions, Seydou est retiré du club par Olivier. Pas le temps de déchanter pour les deux compères, puisque l'AS Denguelé, club de D1, le recrute dans la foulée. À 17 piges, le gars devient meilleur buteur du championnat avec 15 buts en 20 matchs de championnat. Impressionnant. "Pour qu'il soit le plus complet possible, j'avais compilé des cassettes de buts de Ronaldo, Thierry Henry et d'Eto'o. Il a du coup pioché dans les caractéristiques des uns et des autres" raconte le paternel. Les petites tribunes de 3000 places du Stade...

...

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant