Sex and the Youth Academy

le
0
Sex and the Youth Academy
Sex and the Youth Academy

Avec des mots-clés comme sextape, call-girls, adultères, le footballeur professionnel est une mine d'or pour la presse à scandale. Entre les prostituées de Franck Ribéry, la sextape de Valbuena ou encore les coucheries révélées à fréquence industrielles, les affaires ne manquent pas. Des scandales sexuels qui complexifient la tâche des éducateurs, confrontés dans les centres de formation à l'éveil sexuel de leurs protégés. Des protégés qui ne peuvent ignorer les dérives de leurs illustres aînés.

" Normalement, une personne qui fait la même chose, ça fait quatre lignes dans le journal local. La médiatisation fait passer des messages négatifs à nos jeunes. Il y a des comportements positifs dans le foot, il faut prendre les bons et mettre les mauvais de côté. " Jean-François Lemarchand fustige d'entrée les relais plutôt que les mis en cause. Responsable de la vie quotidienne et de la scolarité au centre de formation du Havre, l'homme n'ignore rien des affaires, comme de l'exposition de ses ouailles à celles-ci. Et en veut aux coupables : " Cette affaire (la mise en examen de Benzema, ndlr) est mal traitée. Sur L'Équipe 21, ça fait un sujet tous les soirs, et on ne parle plus de foot. " Certes. Reste néanmoins que le mauvais exemple est dans toutes les télés, mais aussi dans toutes les têtes. Faut-il en déduire que les jeunes évoluant en centre de formation risquent de tomber dans les mêmes travers ? Pas nécessairement. D'ailleurs, Le Marchand l'affirme : " Des joueurs modèles, il y en a plein, mais on n'en parle pas. Qu'on soit star du football ou pas, on est faillibles. " Et pour ces jeunes, confinés dans des centres de formation où ils évoluent en vase clos sur le plan relationnel, l'absence d'éducation sexuelle peut laisser le fantasme médiatique s'infiltrer. Le pédiatre Christian Spitz, plus connu comme le Doc sur Fun Radio depuis les années 90, livre sa méthode : offrir à ces jeunes des conditions de vie " normales ", avec petites amies, sorties et éventuels rapports sexuels. Si certains clubs en sont conscients, la mise en pratique n'est pas forcément simple.

" La pornographie complique notre travail. " Dr Julia Maruani, gynécologue intervenue à Marseille


" En déconnant tout à l'heure, on disait qu'on allait installer une pièce en guise de backroom. Mais ça serait un vrai lupanard ! Plus sérieusement, ils vont chez la petite amie, quand les parents ne sont pas là, mais c'est clair que chez nous, c'est pas possible. Ils sont 40, ce serait ingérable ", assure Jean-François Lemarchand. Il faut dire que, comme tout adolescent entre 12 et 18 ans, les gamins en formation vivent une période charnière. " C'est une période de transformation physique et mentale pour les garçons comme les filles ", explique Virginie Barbet, conseillère…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant