Sevran, ville en guerre contre la drogue

le
1
Le maire de Sevran veut interdire la distribution de seringues après plusieurs incidents mettant en danger des enfants. Les associations ne comprennent pas cette demande.

Un incident par jour, ou presque. Mardi soir, les enfants de l'école Anatole France à Sevran (Seine-Saint-Denis) n'ont pas pu sortir de l'école pour retrouver leurs parents. La directrice de l'établissement, situé au coeur de la cité des Beaudottes, a préféré les faire attendre à l'intérieur, car un drogué se piquait juste devant les grilles. Mercredi matin, au moins cinq seringues ont été retrouvées dans la cour d'un centre de loisir. La semaine précédente, dans une autre école, trois enfants s'étaient piqués en jouant avec une seringue usagée tombée dans la cour. Une situation que ne supporte ni les enfants, ni les parents d'élèves, ni les élus. «Mon fils a peur de mourir en touchant une seringue. C'est devenu sa hantise, il en parle tout le temps», confie Maryline Duval, déléguée des paren...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jbellet le jeudi 25 avr 2013 à 17:05

    tu n'as qu'à faire la gréve de la faim!!