Séville, toujours roi du mercato

le
0
Séville, toujours roi du mercato
Séville, toujours roi du mercato

Plus que son titre de roi de la petite Europe, le FC Séville se distingue par une maîtrise du mercato à conjuguer au plus-que-parfait. À la différence des autres étés, les emplettes de ce millésime révèlent pourtant un changement des objectifs d'un club qui veut désormais jouer dans la cour des grands d'Europe.

Plus qu'une nationalité, Carlos Bacca partage avec Radamel Falcao un goût prononcé pour la petite Europe. Déjà vainqueur de la Ligue Europa au mois de mai 2014, le Colombien récidive à Varsovie un an plus tard. D'un doublé, il envoie le FC Séville au paradis, tout comme son compatriote tigré le faisait en 2011, puis 2012, respectivement avec le FC Porto et l'Atlético de Madrid. Depuis les prémices de juillet, le natif de Barranquilla suit d'encore plus près les pas de son aîné de quelques mois. Sa signature pour le Milan AC, contre un modique chèque de 30 millions d'euros, lui interdit de connaître les joies de la Ligue des champions. Cette compétition, qu'il ne pourra disputer avant au minimum un an, ce sont pourtant bien ses pieds qui l'ont offerte au FC Séville, cinquième de la dernière Liga, mais bien qualifié pour la prochaine édition grâce à son sacre en C3. Une qualification qui, plus qu'être salvatrice, booste un fanion palangana en quête de nouveaux défis. Et pour ce, sa direction sportive a, une énième fois, réussi à vendre cher et recruter à bas prix pour ce qui semble être le plus beau mercato de l'ère Monchi.

Séville et sa devise du "vendre pour grandir"


Les chiffres, loin d'être souverains dans l'analyse du jeu, renvoient toujours une vérité arithmétique implacable en période de mercato. À l'instar de ses succès en Ligue Europa - dont il est le roi avec quatre breloques dorées depuis le début du millénaire -, le FC Séville truste le titre officieux de champion du marché des transferts. Ainsi, lors des quatre derniers étés, le club des bords du Guadalquivir a engrangé pas moins de 106 millions d'euros de bénéfice. Le tout sans s'appauvrir sur le plan sportif. Un exploit devenu banal, tant la bande à Monchi est devenu le nec plus ultra du recrutement. Cette stratégie a, à son origine, été dictée par une situation économique précaire à l'aube des années 2000. "Le club était un désastre et je devais me charger de tout et n'importe quoi, rembobine ledit Monchi dans les colonnes du Pais. Le président de l'époque, Roberto Alés, m'a proposé d'être directeur sportif même si je n'y connaissais rien." De fait, il décide de s'entourer de connaisseurs du marché et compose une petite équipe de scouts. Aujourd'hui, cette direction technique compte 16 membres et plus du double d'observateurs autour du monde.

Fort de ses succès…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant