Séville résiste en Ukraine et vise la Suisse

le
0
Séville résiste en Ukraine et vise la Suisse
Séville résiste en Ukraine et vise la Suisse

Un beau match de coupe d'Europe à Lviv (2-2). Des buts, des temps forts, des temps faibles, des coups et un penalty tardif. Tous les ingrédients pour vibrer, et Séville qui repart confiant pour prolonger l'histoire.

Shakhtar 2-2 FC Séville

Buts : Marlos (23e) et Stepanenko (35e) pour les Ukrainiens // Vitolo (6e) et Gameiro (82e sp) pour Séville

Rami – N'Zonzi – Gameiro versus Ismaily – Taison – Marlos. Un petit air de France-Brésil à Lviv et trois buts, comme au bon vieux temps. Cette fois, deux pour les Brésiliens Taison et Marlos contre un seul pour Gameiro. Mais dans ce duel ukraino-espagnol pour l'Europe, c'est bien Séville qui repart vainqueur avec ce match nul à quatre buts. Et c'est Séville qui rentre à la maison bien placé pour tenter d'aligner une 3e coupe consécutive sur l'armoire. Pour imiter le Bayern Munich, dernier triple vainqueur de coupe d'Europe de 74 à 76. C'est dire la portée de ce que réalise l'équipe d'Emery. Surtout avec Rami, N'Zonzi et Gameiro.

Séville frétille, le Shakhtar repart


Le FC Séville n'a jamais perdu contre un club ukrainien dans ses voyages en Europe et ne compte pas s'y mettre à Lviv. Les Andalous pressent haut, étouffent, étranglent leurs hôtes pendant 15 minutes. Avec à la clé un but plein de simplicité et de maîtrise technique : lancé par Banega, Gameiro prolonge sur Vitolo. Feinte de frappe, crochet du droit, frappe du gauche, ça coule de source chez l'Espagnol et ça glace les supporters du Shakhtar. Mais leurs joueurs, eux, sont bien décidés à se chauffer. Mieux en place, plus tranchants, une première frappe de Marlos pour ambiancer Soria, les Ukrainiens reviennent dans le coup. Un retour matérialisé par Marlos et son pied bien ouvert. L'ouverture de Rakitskiy est parfaite, la défense menée par Rami bien trop écartée, Marlos peut placer un contrôle long comme un repas chez belle-maman avant de récupérer la balle pour conclure. A la demi-heure, le scénario s'est totalement inversé. Les offensives sévillanes sont facilement maîtrisées par la défense ukrainienne, la possession est au Shakhtar, les occasions aussi. Taison tente la frappe sans succès par deux fois. Pour la 3e, il décide d'envoyer Marlos défier Banega, puis centrer pour Stepanenko qui peut placer un gros coup de boule pour assommer les Sévillans. Les joueurs d'Emery sont groggys, ils peuvent s'estimer heureux de quitter le ring en restant à portée de crochet de leur adversaire.
[H2…



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant