Séville liquide Liverpool par Bâle

le
0
Séville liquide Liverpool par Bâle
Séville liquide Liverpool par Bâle

Dans une finale de très haut niveau, Liverpool et Séville se sont livrés à une bataille sans merci pour remporter l'Europa League 2015-2016. Et à la fin, c'est toujours Séville qui gagne (1-3).

FC Liverpool 1-3 FC Séville

Buts : Sturridge (35e) pour Liverpool // Gameiro (46e) et Coke (64e, 70e) pour Séville.

Jamais au grand jamais, les battements du cœur de Bâle auront frappé si fort pour du football. L'ambiance autour en tribunes est fantastique, le rectangle vert suit la dynamique. Double championne en titre, la blanche de Séville doit dompter Liverpool comme un homme use du rouge dans une corrida : une levée vive à l'aide de la muleta, suivie d'une gestuelle caricaturale et d'une fameuse clameur populaire. Ce taureau de la Mersey, les Palanganas doivent le dompter, le provoquer, l'énerver, le fatiguer. Et quand le moment propice viendra, le punir d'une banderille aussi douloureuse que fatale. La 64ème minute intervient sur le panneau bâlois. Sur un mouvement collectif impeccable entre Vicente Iborra, Ever Banega et Coke, le dernier cité croise une frappe que Simon Mignolet ne peut toucher. Liverpool pensait maîtriser les éléments après une grande première période, mais le capitaine adverse aura indiqué la voie à ses matelots. Celle de la troisième Europa League consécutive. Juste énorme.

Tauromagie


Au milieu d'un Parc Saint-Jacques déchiré entre deux hordes de supporters aussi bruyantes l'une que l'autre, le FC Séville possède, à l'image du torero, l'avantage du terrain. Restée immaculée lors de sa confrontation face au FC Bâle en huitièmes de finale, la famille Emery revient en Suisse après avoir éliminée l'équipe locale. La favorite de la compétition, c'est elle. Et la pointe de sa lance, c'est Kévin Gameiro. Cependant, le moment de mater le taureau n'est pas encore venu. Loin de là. Car la bête fait marcher ses cornes. La première tentative d'Emre Can en est la preuve, mais David Soria est à la parade. Puis dans la foulée, Daniel Sturridge voit sa tête sauvée in extremis sur la ligne andalouse. Plus incisifs, les Reds obligent Daniel Carriço à jouer de la main pour parer le dribble de Roberto Firmino. Rien de mieux pour bien énerver…





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant