Séville/Grenade : le duel des villes où il fait bon vivre

le
0
Séville/Grenade : le duel des villes où il fait bon vivre
Séville/Grenade : le duel des villes où il fait bon vivre

Distantes de plus de 250 kilomètres, les deux villes andalouses ne connaissent pas un derby à proprement parler. Sans antagonisme sportif, Séville et Grenade se disputent pourtant le titre de ville "où il fait bon vivre". État des lieux emprunt de témoignages.

Le cadre de vie : avantage Grenade
Plus qu'une région, Séville et Grenade partagent le goût des belles choses. "La ville est magnifique. J'ai découvert plein de belles choses, de beaux bâtiments dans le centre ville", raconte Timothée Kolodziejczak, Palanganas depuis cet été. Dans des termes plus touristiques, la capitale andalouse offre des monuments à l'élégance rare. L'Alcazar, le parc de Maria Luisa, la Plaza de España - rendue fameuse par l'épisode 1 de Star Wars -, ou encore la cathédrale Notre-Dame du Siège sont autant de bonnes raisons de déambuler dans les rues sévillanes. Toutefois, si Grenade se démarque de toutes ses voisines, c'est grâce à l'un des joyaux de l'Espagne : l'Ahlambra. Pour faire bref, l'acropole médiévale la plus majestueuse du bassin méditerranéen mêle architecture islamique et chrétienne. Un bijou. "Le cadre de vie est juste exceptionnel ! Je ne manque de rien ici, il y a beaucoup de choses à voir. Je suis à 20 kilomètres de la mer, j'ai la montagne en face de moi ", évoquait Brahimi lors de son passage grenadin. Un Algérien qui a donc choisi le plus beau cadre de vie offert par l'Andalousie, Grenade l'emportant d'un iota devant Séville.
Le climat : avantage Séville
Dans l'imaginaire espagnol, Séville - tout comme Cordoue - représente la fournaise nationale. "L'été, c'est caniculaire, témoignait Damien Perquis, alors joueur du Betis Séville. Je préfère limite cette période hivernale que la saison estivale Lorsque je suis arrivé fin août, j'ai fait mon premier entraînement sous 47 degrés. Il était 17 heures." Pour les amoureux des températures élevées, Séville est un paradis. Un paradis qui s'est accoutumé à son climat, et qui a donc réglé sa vie sociale sous ce joug. La fameuse sieste y est presque une obligation tant les après-midi estivaux sont torrides, et les repas du soir se prennent à minuit passée. À 250 kilomètres plus à l'est, Grenade offre un climat un poil plus…



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant