Seuls 13% des Français consentiraient à un apéritif entre voisins

le
1

Même si beaucoup de Français ont déjà entendu parler de la Fête des Voisins, cette dernière peine à s’imposer. Seuls 41% des Français profitent de cette occasion pour approfondir leurs relations.

Nous y voilà. Chaque année depuis l’an 2000, la Fête des Voisins permet aux habitants d’un immeuble et/ou d’un quartier de se retrouver pour partager un moment convivial, que ce soit un pour un léger apéritif ou un pique-nique gargantuesque. L’objectif est simple: raviver le lien social, lutter contre l’individualisme et le repli sur soi et de mettre l’accent sur la cohésion sociale et la solidarité. L’édition 2016 se déroule ce vendredi 27 mai.

Plein de bonnes intentions, l’initiative jouit-elle d’une grande popularité? Même si tout le monde a entendu parler de la Fête des Voisins, celle-ci tarde tout de même à se généraliser dans les villages, communes, et villes françaises. Le succès est certes présent, mais relatif: 61% des Français ont une Fête des Voisins organisée dans leur quartier ou leur immeuble, selon un sondage mené par Budget-Maison.com*. Un chiffre qui signifie bien que le concept n’est pas encore ancré dans les mentalités.

Il faut aussi ajouter à cela le constat suivant. La majorité des personnes concernées ont admis ne pas participer à cette fête: 59% ne sont pas de la partie contre 41% qui profitent de cette occasion pour approfondir leurs relations.

31% de «mauvaises» relations de vosinage

Pourquoi ce manque d’entrain pour se rendre à la Fête des Voisins? Parce que les Français ne s’entendent pas systématiquement à merveille avec leurs voisins. L’entente est cordiale, le plus souvent, mais limitée: seulement un quart d’entre eux ont qualifié leur relation «d’excellente». Pire encore, ils sont plus nombreux à nourrir une certaine animosité: 31% qualifient carrément de «mauvaise» les relations entretenues avec leurs voisins. Reste les 44% qui évoquent une relation «normale».

Et si l’on tient compte uniquement des personnes qui ont une relation amicale avec leurs voisins, l’étau se sèrre encore davantage. Seuls 38% d’entre eux engagent de grandes conversations et 31% se rendent mutuellement service. Quant à prendre un apéritif en commun, improvisé en fin de semaine, le verdict est sans appel: 13% seulement. De l’autre côté, pas moins de 84% des sondés ont déjà connu des soucis avec leurs voisins par le passé et les deux tiers des sondés sont allés jusqu’à appeler la gendarmerie pour arbitrer ce conflit.

Il est parfois difficile de vivre en parfaite harmonie... 15% ont avoués en être déjà venus aux mains à cause d’une conflit entre voisins. Le même pourcentage de Français expliquent qu’ils ont préféré déménager pour trouver un voisinage plus propice à la quiétude. Heureusement, il reste certains chiffres positifs: 85% ont essayé d’arranger leurs différents à l’amiable! Quant aux sources de conflits, elles sont diverses mais les nuisances sonores ressortent largement en tête. Les autres causes sont plus variées: 14% parlent des clôtures, 12% des animaux et 10% du stationnement.

*Budget-Maison.com a interrogé un panel de 2300 français pendant le mois d’avril 2016.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • calippe3 le jeudi 26 mai 2016 à 19:14

    dommage....