Seulement 7.300 contrats de génération signés à ce jour

le
0

PARIS (Reuters) - A peine 7.300 contrats de génération ont été signés à ce jour mais l'Elysée espère qu'une montée en puissance de ce dispositif à la rentrée permettra de contribuer à l'inversion la courbe du chômage promise par François Hollande d'ici fin 2013.

Le président français avait fixé lors de la conférence sociale en juin un objectif de 75.000 contrats d'ici mars 2014 pour ce dispositif qui consiste à embaucher un jeune tout en conservant un senior au travail.

"Ça montera à la rentrée", dit-on dans l'entourage du chef de l'Etat, où l'on explique que les négociations d'accords de branche ou d'entreprise nécessaires à la mise en place du contrat de génération ont retardé sa généralisation.

En déplacement à Dunkerque mardi, François Hollande a promis que les objectifs de ce dispositif phare de sa "boite à outils" serait bien tenus même si des retards étaient inévitables.

"Ce sera plus long", a-t-il concédé.

A l'Elysée, on encourage les partenaires sociaux des entreprises de plus de cinquante salariés à négocier plus rapidement afin de commencer à toucher les subventions promises pour chaque embauche.

"Il faut qu'ils se bougent un peu", juge un conseiller qui concède qu'un travail de pédagogie reste à mener.

Les contrats de génération doivent à terme s'adresser à 500.000 jeunes sur le quinquennat et prévoient jusqu'à 12.000 euros d'aides publiques par contrat sur trois ans.

Les critiques de ce plan jugent qu'il n'aura qu'un impact marginal en raison de l'effet d'aubaine qu'il pourrait susciter dans les entreprises.

Julien Ponthus, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant