Sète : les joutes nautiques, sport et fierté numéro 1 de la cité !

le
0
Physiques et techniques, les joutes sétoises obligent à un sacré numéro d'équilibriste pour tenir malgré l'adversaire.
Physiques et techniques, les joutes sétoises obligent à un sacré numéro d'équilibriste pour tenir malgré l'adversaire.

L'instant est éphémère. Une poignée de secondes pour résister. Juché à deux mètres au-dessus de l'eau, sur la "tintaine" - un plancher qui prolonge une barque en bois -, le jouteur doit résister à son adversaire. Un pavois de cinq kilos dans une main, une lance de trois kilos dans l'autre. L'attirail en bois est simple, mais tenir sur le plancher se révèle être un sacré numéro d'équilibriste. D'autant que rapidement les barques s'élancent au rythme des rameurs. Et puis, c'est le choc : l'adversaire se rapproche et il s'agit de tenir pour ne pas goûter à l'eau salée du canal. Bienvenue aux fêtes de la Saint-Louis, 272e édition du nom, où pendant une semaine les joutes nautiques sont à l'honneur. Pour l'occasion, l'un des canaux de la ville, le Cadre royal, a été transformé en stade : des tribunes entourent l'endroit et il n'est pas rare que les supporteurs, parfois sur des bateaux pneumatiques, craquent des fumigènes. "Monter sur la tintaine, c'est dans nos gènes" À Sète, cité marine à une demi-heure de Montpellier, la joute est bien plus qu'un spectacle. Ici, c'est l'affirmation d'une identité forte, d'une fierté qui traverse et transcende les générations. Pour s'en convaincre, rendez-vous avec Aurélien Evangelisti. Sept fois vainqueur des fêtes de la Saint-Louis, jouteur le plus titré de l'histoire (84 victoires), l'homme est impressionnant (on lui prête plus de 160 kilos sur la balance) et intarissable sur sa...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant