SES: la fin de la purge sur le point de sonner ?

le
0

(CercleFinance.com) - Aucun doute : en Bourse, les opérateurs satellitaires européens, dont SES et Eutelsat sont les principaux, sont à la peine. Le “warning” retentissant lancé en mai par le groupe français, qui n'attend presque plus de croissance, résonne encore à l'oreille des boursiers. Mais après des baisses de respectivement 27% et 42% depuis fin 2015, le point bas pour ces valeurs pourrait enfin approcher. D'ailleurs ces derniers jours, SES et Eutelsat résistent bien mieux que le marché alors que des réunions stratégiques approchent.

En effet, le 12 mai dernier, Eutelsat a lancé un avertissement sur résultats qui a provoqué l'effondrement du titre en Bourse. Jusqu'alors attendues en hausse organique de 2 à 3%, les ventes 2015/2016 devraient finalement rester stables, quand la progression estimative de celles de 2016/2017 a été ramenée de 4-6% à 1-3%. Les prévisions de résultats ont aussi été écrêtées.

Enfin, Eutelsat va “s'adapter au ralentissement de la croissance de l'industrie en entreprenant un réexamen approfondi de son organisation et de ses priorités”. La stratégie révisée sera donc présentée en juillet.

En clair, la croissance des ventes dans les télécommunications satellitaires n'est désormais plus de mise, la demande se tassant notamment sur le continent latino-américain, où le Brésil reste en récession. De plus, la concurrence des “box” Internet pour la diffusion de contenus vidéo pèse sur les bouquets télévisuels satellitaires, de même que la contraction de la demande à des fins militaires. Et ce alors que nombreux sont les satellites récemment lancés sur la base de perspectives plus favorables que celles actuellement en vigueur.

Restent quelques éléments positifs, à commencer par l'éventuel arrivée de lanceurs de satellites réutilisables, ce qui pourrait tirer vers le bas les coûts des lancements. Et toujours une rentabilité hors norme : lors du 1er semestre 2015/2016, soit fin décembre dernier, la marge brute d'exploitation (d'EBITDA, selon l'acronyme anglais) d'Eutelsat atteignait toujours 77,5% du CA, quand chez SES ce taux était de 74% au 1er trimestre (calendaire) 2016. Des marges qui permettent de supporter une dette élevée et de voir venir.

Ainsi que de servir de copieux dividendes : le consensus s'attend à ce que les coupons d'Eutelsat assurent au titre un rendement de plus de 6% jusqu'en 2018, quand celui de SES dépasserait les 7% sur la même période. Enfin, les PER 2016 des deux valeurs s'établissent respectivement à 10,6 et 14 fois. Ce qui peut sembler modéré relativement à la rentabilité afférente.

Après avoir été étrillées, les titres SES et Eutelsat se retrouvent, lors des dernières séances pourtant marquées par des marchés mal orientés, parmi les plus fortes progressions. Ce qui vaut pour ce jour (Eutelsat et SES sont les deux plus fortes hausses d'un indice SBF 120 en baisse de 1,5%), mais aussi sur la semaine (respectivement - 1,5% et - 3,8% contre - 7% pour l'indice large français). Notons que ce matin, Morgan Stanley, qui était vendeur, est redevenu neutre sur le titre SES. Bref, le sentiment boursier sur ces actions semble s'améliorer.

A suivre : la journée investisseurs que SES organisera le 21 juin. Puis le 29 juillet, SES présentera ses comptes semestriels, et Eutelsat ses résultats annuels ainsi que sa nouvelle stratégie.

EG


Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant