Ses collègues lui font un don de RTT pour soutenir son enfant malade, sa hiérarchie refuse

le
7

Une proposition de loi encadrant les dons de RTT entre salariés a été votée à l'Assemblée nationale en janvier 2012 mais n'a jamais adoptée définitivement faute de place à l'agenda. Résultat, l'administration refuse de donner droit à un policier de recevoir les dons de RTT de ses collègues.

C'est à décourager les meilleures volontés. Une centaine de collègues de Christophe Grosjean, brigadier chef de police au commissariat de Nancy, avaient accepté de lui faire don d'un ou plusieurs jours de RTT pour qu'il puisse soutenir Eva, sa fille de huit ans, longuement hospitalisée à Paris à partir du mois de mars pour y subir une greffe de moëlle osseuse. Sollicitée en juillet dernier pour avaliser ce don, la direction des ressources humaines du secrétariat général pour l'administration de la police de Metz (le SGAP) leur a opposé sept mois plus tard une fin de non recevoir. «Aucune disposition législative et réglementaire ne prévoit le don de jours de congés entre age...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mlaure13 le jeudi 20 fév 2014 à 18:12

    7-il en coûtera à vous et vos héritiers, 1,4 Mds € sur 73 ans! En langage "normal", comment appelle-t-on cela ? De l'inconscience ? De la mégalomanie ? De l'irresponsabilité ? De l'incompétence ? Quand on sait qu'au cours des 30 dernières années, le nombre de fonctionnaires est passé de 3,86 à 5,3 millions (chiffre au 31 décembre 2007), ne serait-ce pas plutôt un hold-up, un vol à main armée contre les Français ? Combien de temps va-t-on laisser encore impunis ces crimes contre l'économie ?...

  • mlaure13 le jeudi 20 fév 2014 à 16:57

    6-Lorsque le maire de Paris, Bertrand Delanoë, en recrute 10 000 , il engage son électeur, le contribuable parisien, sur 35 mds € ( il faut avoir en tête que le budget annuel de la ville de Paris est de 8 mds). Une exceptionnelle manœuvre dépensière ! Lorsqu'un conseil général lambda recrute 800 fonctionnaires de plus, alors qu'il en a déjà trop, l'addition finale sera de 2,8 milliards d'euros. Enfin, quand le maire "normal" de votre ville "moyenne" de 40 000 hab…

  • mlaure13 le jeudi 20 fév 2014 à 16:38

    5-Là où nos voisins en UE réduisent leurs effectifs, suppriment leurs statuts à vie ou les réservent aux agents ayant des missions régaliennes, la France continue à embaucher à... 3,5 mls €, un fonctionnaire pour une vie, soit des mds d’€ qui partent en fumée. Quand on recrute 60 000 agents dans le mammouth de l'Éducation nationale, on engage l'État sur la somme colossale de 210 mds d'€ (60 000 X par 3,5 millions) et on augmente d'autant la dette de la France sur le long terme.

  • mlaure13 le jeudi 20 fév 2014 à 16:20

    4-compte tenu des cotisations chômage qu'ils n'ont pas à payer, et des cadres à responsabilité dont le salaire moyen est plus élevé (3 180 euros), on peut arrondir le coût annuel net moyen pour l'État patron, sans trop se tromper, à 48 000 euros par tête. Multiplions par les fameuses 73 années : nous obtenons 3,5 millions d'euros, ce qui est précisément le chiffre d'Agnès Verdier-Molinié dans son livre Les Fonctionnaires contre l'État (Albin Michel, 2011).

  • mlaure13 le jeudi 20 fév 2014 à 16:10

    3-Dans le privé, un employé qui gagne 2 000 euros net par mois, soit 24 000 euros par an, coûte près du double à son employeur, 45 000 euros, sans compter la mutuelle et la prévoyance supplémentaire. Si l'on applique ce système à la fonction publique, sachant que le salaire moyen pour un employé ou un cadre intermédiaire y est de 2 160 euros net par mois en 2011 (source : Les Échos du 06/02/2012), on arrive à une charge totale de près de 49 000 euros par an.

  • mlaure13 le jeudi 20 fév 2014 à 16:01

    2-Ce que l'on sait moins, c'est que, contrairement au privé, leurs pensions de retraite sont indexées sur les augmentations de salaire des actifs et au minimum sur l'inflation ; et que la réversion au conjoint survivant est automatique, alors que, dans le privé, elle est soumise aux conditions de ressources du survivant.

  • mlaure13 le jeudi 20 fév 2014 à 16:00

    1-Cesser d'embaucher des fonctionnaires d'État pour des fonctions non régaliennes: "Un fonctionnaire, c'est 42 ans de carrière, 21 ans de retraite et 10 ans de réversion." (Source : Challenges du 19/12/2013.) Il émarge au budget de l'État, pendant 73 ans, ce qui est énorme, dont 31 ans de non-activité; par rapport au privé, ils travaillent moins et moins longtemps, sont mieux payés, bénéficient de nombreux privilèges particuliers pendant leur carrière et partent à la retraite plus tôt.