Services publics payants : «Les abus restent rares»

le
16
Services publics payants : «Les abus restent rares»
Services publics payants : «Les abus restent rares»

Marie-Noëlle Lienemann, sénatrice de Paris, classée dans la gauche du PS. A été deux fois ministre du Logement sous Bérégovoy et Jospin. Favorable à des primaires de la gauche. S’y est portée candidate. Vient de publier « Merci pour ce changement ! » (Ed. du Moment). Pour elle, faire payer certaines prestations de service public n'est pas une solution.

> Services publics payants, le contrepoint : «Il faut des économies en contreparties»

Vous comprenez qu'en cas d'abus, une prestation de pompiers soit payante ?

MARIE-NOËLLE LIENEMANN. En cas d'abus manifeste, il est normal qu'un service public comme les pompiers fasse payer son intervention. Mais je préfère que ce soit sous la forme d'une pénalité qui permette d'apprécier les intentions de l'usager — sa bonne foi ou non — et de faire du cas par cas. Une tarification systématique serait entrer dans une autre logique à laquelle je suis complètement défavorable. Rappelons que ces abus restent rares et si certaines interventions sont sollicitées, c'est souvent faute d'une bonne organisation des services de proximité.

Redéployer les services publics coûterait très cher...

Il y a des priorités comme la sécurité, la lutte contre les incendies ou la santé sur lesquelles vouloir faire des économies serait néfaste pour la collectivité. Ce qui est nécessaire, c'est que l'ensemble des acteurs, publics et privés, coopèrent. Il y a dans notre pays de plus en plus de personnes isolées, souvent âgées. L'Etat et les collectivités locales doivent repenser les aides à domicile, rationaliser les infrastructures hospitalières en développant les maisons de santé. Et cela en coopération avec les associations d'aides à la personne, le corps médical et infirmier. La tarification des interventions n'apporte pas de solution de fond.

De nombreux services publics comme la Poste sont déjà payants. C'est le prix à payer pour leur survie...

C'est vrai que le principe en ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • danette4 il y a 10 mois

    Si on faisait les interventions pour ceux qui font du hors piste en montagne ca les calmeraient

  • b.renie il y a 10 mois

    Marie-Noëlle Lienemann, Vous le savez bien que le mot gratuit est le mot le plus mensonger. Tout a un coût et il ya toujours qqun qui paie à la fin. Pour les services de secours ce sont les contribuables. Donc tous les abus correspondent à du vol. Ainsi des personnes qui abusent du remboursement par la Sécurité Sociale de leur transport par véhicule léger sanitaire

  • gendrefr il y a 10 mois

    jmlhomme, les mentalités ont changé, peu d'employeur n'embauche des pompiers volontaires alors il est tout à fait normal qu'ils soient indemnisé par la société. nos elus sont bien payés pour le peu qu'ils apportent à la société.

  • g.cado il y a 10 mois

    Ramasser un ivrogne sur la voix publique pour moi c'est un abus à facturer.

  • pcuquel il y a 10 mois

    N'oubliez pas qu'il n'y a rien de gratuit, même pour le service public : il est payé par le contribuable (et seulement celui qui paye l’impôt). Les sénateurs en sont aussi...

  • JPANTO il y a 10 mois

    Hollandexit dans 400 J et là le serve sera gratuit.

  • jmlhomme il y a 10 mois

    Etudiez donc un compte de resultat des SDIS. Service Public ou rente des Pseudo Volontaires payés et exonerés d'impots sur le payé. La dérive est là. Les soldats du Feu ( devoués oui mais pas bénévoles ) n'ont plus rien à voir avec l'associatif historique ( Il y a cinquante ans c'était du bénévolat du vrai.....et une vraie contribution sociale ) Il faut revenir à l'historique ou les pompiers faisaient gratuitement des actes citoyens tout court. Relever une personne agée est Normal . Et Gratuit

  • Jermaup il y a 10 mois

    @m1234592, vrai ! à l'aune des résultats de ces activités au logement on peut la juger incapable par absence d'anticipation. Entre 2008 et 2014, près de 500.000 ménages ne parvenant pas à trouver un toit (sans domicile fixe, expulsables, en logement insalubre...) ont déposé un recours pour demander à l'Etat de les loger, comme le prévoit la loi, affirme le comité de suivi de la loi Dalo. Une habitude bien Socialiste ; la diversion compassionnelle et victimaire , pour détourner l'attention.

  • lorant21 il y a 10 mois

    Je ne suis pas souvent d'accord avec cette dame d'un autre siècle.. mais je trouve aussi que l'amende me semble plus indiqué que la paiement du service. En effet, il s'agit d'un abus. Cela revient au même mais le symbole est plus évident.

  • gendrefr il y a 10 mois

    quand l'administration vous demande des renseigements, nous pourrions facturer les frais de dossier à cet organisme: le temps c'est de l'argent.