Service militaire adapté : trois casernes pour les jeunes en difficulté

le
0
Service militaire adapté : trois casernes pour les jeunes en difficulté
Service militaire adapté : trois casernes pour les jeunes en difficulté

Le petit cousin du service militaire débarque. Dix-neuf ans après la suspension du service national par Jacques Chirac, le 28 mai 1996. A l'occasion de sa visite aujourd'hui à l'Etablissement public d'insertion de la Défense (Epide) d'Alençon (Orne), François Hollande va dévoiler les lieux d'expérimentation du service militaire adapté, dit SMA, en métropole. Un dispositif jusqu'à présent réservé à l'outre-mer et qui permet l'insertion professionnelle, sous encadrement militaire, des jeunes en difficulté.

C'était le 5 février dernier, lors de sa conférence de presse à l'Elysée. « Il y aura trois centres qui seront créés, nous verrons les lieux où nous pouvons les disposer pour que nous puissions en tirer tous les enseignements et avoir les mêmes résultats » qu'en outre-mer, avait annoncé le chef de l'Etat. Selon nos informations, ces centres seront installés dans des casernes existantes à Montigny-lès-Metz (Moselle), à Brétigny-sur-Orge (Essonne) et une autre dans le Sud-Ouest ou dans le Sud de la France. L'expérimentation commencera à l'automne prochain avec au départ quelques centaines de jeunes, indique un conseiller ministériel.

Objectif : parvenir à 1 000 jeunes âgés de 17 à 26 ans dans les mois suivants. Que vont-ils y faire ? Le SMA a un coût élevé, mais il a fait ses preuves. « Le but, c'est de redonner une seconde chance à un public éloigné de l'emploi », explique George Pau-Langevin, la ministre des Outre-mer. Comme les jeunes des Antilles, ceux de métropole qui se porteront volontaires auront des cours de remise à niveau, une formation professionnelle liée à des métiers dits « en tension » (principalement dans le BTP et la restauration), pour lesquels il y a des besoins. Mais, et c'est la principale originalité du dispositif, sous le contrôle de formateurs militaires et avec la rigueur s'imposant dans l'armée : apprendre à faire son lit, respecter les horaires, les règles de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant