Séries : « Wolf Hall » qui rit, « Marseille » qui pleure

le
0
Séries : « Wolf Hall » qui rit, « Marseille » qui pleure
Séries : « Wolf Hall » qui rit, « Marseille » qui pleure

Chaque mardi, dans La Matinale, la rédaction du « Monde » vous propose une sélection de séries à tester ou à redécouvrir.

Cette semaine, outre une séquence nostalgie avec le « Muppet show », vous pourrez découvrir « Wolf Hall », sacrée « meilleure série dramatique » de la télévision britannique, plonger dans « Wayward Pines » entre horreur et science-fiction, ou constater que, décidément, la série française « Marseille » tourne à la bouillabaisse.

Miss Piggy et Kermit tirent leur révérence

On a du mal à croire que le « Muppet Show », la fameuse série comique inventée en 1976 par Jim Henson (le créateur du programme pour enfants « 1, rue Sésame »), fut alors refusée par toutes les chaînes nord-américaines. Ainsi que le rappelle le documentaire de la BBC I Love Muppets (2002), c’est en Angleterre que, chaque dimanche, ces marionnettes ultra-inventives et formidablement drôles – Kermit, Miss Piggy, les deux pépés grincheux, Gonzo, le cuisinier suédois, etc. – ont trouvé leur public. Avant de devenir l’objet d’une attention mondiale, chez les jeunes comme chez leurs parents. On vit alors le « Muppet Show » partout, jusqu’en France, où les deux premières saisons ont été diffusées à partir de 1977 sur Antenne 2. Seules les trois premières saisons intégrales sont sorties en DVD aux Etats-Unis ; en France, deux coffrets de compilation ont été édités.

Le succès hexagonal de la série tient beaucoup aux comédiens doubleurs – Micheline Dax, Roger Carel, Francis Lax, Pierre Tornade et Gérard Hernandez –, qui ont totalement réécrit les blagues intraduisibles et les jeux de mots originaux. Il n’est pas cer...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant