SERIE. «Une ville, deux ballons» : Lyon

le , mis à jour à 09:43
0
SERIE. «Une ville, deux ballons» : Lyon
SERIE. «Une ville, deux ballons» : Lyon

 

A Lyon, le foot n'a pas peur du LOU

 

 

Floris vit un rêve éveillé. Pour ses 20 ans, sa copine lui a offert, à l'occasion d'OL - Bastia samedi, une expérience VIP au Parc OL, à Décines, à quelques kilomètres de Lyon. « C'était génial, raconte-t-il. On a fait une visite guidée du stade, des loges, de la brasserie Bocuse. J'ai pris des photos avec les joueurs à la descente du bus. » Puis il a assisté au match juste derrière les bancs de touche. « On a même vu la loge d'Alexandre Lacazette », souffle-t-il. L'attaquant de l'Olympique lyonnais, comme son ancien coéquipier Samuel Umtiti, a en effet acheté une loge au Parc OL, l'outil flambant neuf de l'Olympique lyonnais. Beaucoup plus qu'un seul stade de foot désormais.

 

Matthieu*, lui, patiente depuis deux ans. Deux ans qu'il n'a pas foulé les travées du stade de son club de coeur. Depuis un certain OL - OM (1-0) du 28 octobre 2014, Matthieu, coupable d'avoir utilisé un engin pyrotechnique en plein match, était interdit de stade. Ce samedi, le Parc OL, il le découvrait. « Il fallait reprendre ses marques, confie-t-il. Ça fait plaisir d'entendre le kop, de sentir l'ambiance. »

 

Le Parc OL, nouveau théâtre du football, a toute son histoire à écrire...

 

Le lendemain, Guillaume, avec ses amis Laurent et Christophe, attend avec gourmandise l'alléchant LOU -Toulon de l'après-midi dans un Matmut Stadium, dont il est abonné, à guichets fermés. « On va aussi au rugby pour trouver une proximité avec les gens, avec les joueurs, ce qui n'est plus possible au foot », note-t-il. Toutefois, abonné également au kop virage nord du Parc OL, Guillaume se refuse d'opposer foot et rugby : « Les deux sont complémentaires. Au foot, tu ne t'attends pas à avoir une fanfare. Ça m'embête juste quand les deux jouent à la même heure, quand il faut faire un choix. » A Lyon, clairement, il n'y a aucune rivalité entre les deux clubs phares de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant