Série de défections dans le parti de Berlusconi en Italie

le
0

ROME, 23 septembre (Reuters) - Forza Italia, le parti de l'ancien président du Conseil italien Silvio Berlusconi, a enregistré mercredi une vague de défections, soulevant la question de son avenir politique. Huit parlementaires, dont un ancien ministre, ont annoncé qu'ils quittaient le groupe auquel ils appartenaient quelques temps après les défections de deux figures de proue du parti dont Denis Verdini, un proche du magnat, qui a pris ses distances en juillet et formé un nouveau groupe au Sénat. "Forza Italia a perdu sa ferveur parlementaire", ont expliqué trois des frondeurs dans un communiqué, accusant Forza Italia d'avoir sombré dans des travers populistes. Plusieurs des élus pourraient rejoindre le groupe de Denis Verdini dont la défection a été interprétée comme une intention de coopérer avec le gouvernement conduit par Matteo Renzi. Les autres pourraient rallier les rangs des parlementaires indépendants. Forza Italia conduisait une alliance qui avait remporté près de la moitié des suffrages lors des élections générales de 2008 mais son audience a décliné depuis la démission de Silvio Berlusconi, poursuivi par les affaires, de son poste de chef du gouvernement en 2011 en pleine crise de la dette. L'homme d'affaires a été exclu du Sénat en 2013 après sa condamnation pour fraude fiscale et son intérêt a paru, depuis, décliner. Un sondage réalisé récemment pour La Repubblica montrait que seuls 11% des électeurs soutenaient Forza Italia, soit sa plus faible cote de popularité depuis sa fondation par Berlusconi il y a 20 ans. Cette audience en fait seulement la quatrième force politique du pays. A l'annonce de cette série de défections, Silvio Berlusconi a annulé une rencontre qu'il devait avoir jeudi avec les sénateurs du parti. (Crispian Balmer; Pierre Sérisier pour le service français) ;))

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant