Sergio Pirozzi : "Je dois maintenant entraîner ma communauté"

le
0
Sergio Pirozzi : "Je dois maintenant entraîner ma communauté"
Sergio Pirozzi : "Je dois maintenant entraîner ma communauté"

Voilà plus de deux mois que la terre ne cesse de trembler dans le centre de l'Italie. Une série de secousses qui a débuté le 24 août dernier, rasant quasiment la ville d'Amatrice, dont le maire est Sergio Pirozzi. Il est également entraîneur dans le civil, une carrière qu'il a dû mettre entre parenthèses.

Comment est la situation plus de deux mois après le tremblement de terre ?
Les activités devant améliorer les conditions de vie suivent leurs cours avec les maisons et les commerces temporaires. Il y a une programmation pour l'avenir, mais les dernières secousses ont évidemment rappelé la funeste journée du 24 août dernier. Depuis ce jour, je passe 100 % de mon temps à m'occuper de ma ville.

Comment êtes-vous devenu maire d'Amatrice ?
Je suis né à San Benedetto del Tronto, mais j'ai toujours vécu ici. Mon père était d'ailleurs employé municipal à la commune d'Amatrice. Plus jeune, je faisais partie du monde associatif, avec ma bande, on faisait de la radio, il y avait la "Pro Loco", donc j'ai toujours œuvré pour la communauté. J'ai d'abord été adjoint au maire de 1995 à 2001, mais c'était seulement un hobby. En 2009, j'ai été élu une première fois, c'est à ce moment que j'ai dû abandonner mon poste d'entraîneur dans le monde du foot professionnel, même si j'ai continué à exercer chez les amateurs.

Quel est votre parcours dans le monde du foot ?
J'ai été joueur jusqu'en quatrième division et j'ai commencé à entraîner dès l'âge de trente ans. J'ai gagné à tous les niveaux, en Seconda Categoria, Prima, Promozione, Eccellenza, Serie D. J'ai terminé premier de mon groupe avec les U20 de l'Ascoli que j'ai coachés pendant deux ans. Rieti, dont j'avais porté les couleurs en tant que joueur, est monté en Serie C2 sous mes ordres et on s'est sauvés l'année suivante. J'ai également fait un passage à la Viterbese l'année suivante. En gros, j'ai été entraîneur professionnel pendant quatre ans de 2005 à 2009, avant de devoir renoncer pour ma grosse indemnité de maire qui est de 660 € nets par mois.

Du coup, vous êtes repartis dans le monde amateur, avec ce poste que vous occupez aujourd'hui à Trastevere.
Oui, je n'ai jamais arrêté d'entraîner. Là, c'est une équipe de Rome qui a son petit suivi de supporters et est très active chez les catégories de jeunes. Je la dirige pour la troisième saison d'affilée. On a gagné le championnat d'Eccellenza et on s'est sauvés dans la foulée. Cette année, on a une belle équipe, assez jeune, on a même battu l'Ascoli, une…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant