Sergio Parisse : « Ce sera une guerre ! »

le
0

Le Stade Français se rend en quart de finale de la Champions Cup sur le terrain de Leicester. L’équipe de Gonzalo Quesada pourra compter sur son capitaine, Sergio Parisse. Pour le numéro huit italien, le match de ce dimanche se jouera d’abord dans le combat, ce n'est qu'ensuite que les Parisiens pourront mettre de la vitesse dans leur jeu.

Sergio Parisse, comment vivez-vous votre retour à la compétition avec le Stade Français ?Je suis très content car ça fait longtemps que je ne joue pas avec le club à cause de blessures et un peu du Tournoi. Ces deux semaines où je n’ai pas joué avec l’équipe m’ont permis de me régénérer mentalement. C’était un Tournoi des VI Nations un peu compliqué avec beaucoup de tension. Donc je suis ravi de regrouper le groupe et surtout d’être disponible pour ce quart de finale si important pour nous. Leicester sera-t-il favori dimanche ? Bien évidemment. Ils jouent à la maison, c’est une équipe redoutable, avec beaucoup d’expérience. Ils ont une mêlée redoutable, avec une première ligne de grande qualité. Mais nous avons arraché notre qualification contre eux à Jean-Bouin et nous irons là-bas sans complexe avec beaucoup d’enthousiasme. Nous savons que nous avons la chance de jouer les phases finales. Nous irons avec toutes nos forces, toute notre envie, faire notre jeu. Ce sera une guerre. Si on gagne, ce sera grâce à notre jeu. Si nous perdons, il faudra qu’on ait tout donné sur le terrain. Êtes-vous relâché avant ce match ? Il y a quand même beaucoup de pression dans un quart de finale. Dans la tête de beaucoup de joueurs de notre équipe, il n’y pas la même expérience que certains joueurs de Leicester. Dans le passé, nous avons fait deux finales d’Amlin Cup (Challenge Cup, ndlr) même si ce n’est pas la même Coupe d’Europe. Nos jeunes joueurs ont assimilé de l’expérience. Je suis assez tranquille et serein de ce côté-là. Je pense que nous avons toutes nos chances à Leicester. Ce sera très compliqué, c’est normal mais je suis confiant. Si nous développons notre jeu, nous pouvons les mettre en difficulté. Après les matchs joués contre eux en poule, à quelles retrouvailles vous-attendez-vous ? Ce sera un match rude. Que ce soit à Leicester ou à Paris, nous avons souffert sur les ballons portés. Il y aura un gros combat en mêlée. Leur jeu a un peu changé par rapport aux années précédentes. Ils déplacent plus le ballon, ils essayent de mettre plus de volume dans leur jeu. Ils s’appuient sur leurs avants mais ils sont capables de jouer avec leurs trois-quarts, avec des joueurs très puissants comme Tuilagi par exemple. Ils l’utilisent sur sa puissance notamment après les touches pour vite gagner la ligne d’avantage. Il faudra le surveiller comme eux vont avoir l’œil sur Danty ou Waisea. Avec leur public, ils auront l’envie de faire un gros match. Si nous sommes bons sur les ballons portés et sur les mêlées, je pense que ballon en main, nous sommes pas mal quand même.  

« On aimerait bien remporter la Coupe d’Europe un jour »

Vous inquiétez-vous de l’arbitrage ? J’ai appris que c’était Nigel Owens qui arbitrerait le match. J’ai confiance en lui. C’est l’un des meilleurs arbitres du monde. Après, l’arbitrage en Coupe d’Europe n’est pas le même que celui du Top 14. Les arbitres anglo-saxons n’ont pas les mêmes interprétations sur le jeu au sol notamment. Mais il faut savoir s’adapter. Nous avons pris en considération ces différences pour être plus efficace au sol et pour être propre. Nous savons que les équipes anglaises jouent à la limite de la faute, ils sont très forts. Il faudra être très performant à ce niveau-là si nous voulons mettre de la vitesse, puisque c’est notre style de jeu. Est-ce la même équipe qu’au dernier match que vous avez joué contre eux ? Ils se sont déplacés à Paris en étant déjà qualifiés, ils n’avaient rien à perdre. Même sur les pénalités, ils ne prenaient pas les points et allaient en touche. Un quart de finale se joue sur les petits détails, tous les points vont compter. Le Leicester que l’on retrouvera dimanche sera différent et notamment sur les choix sur le terrain. Pour ce qui est du match chez eux, nous avions fait une très bonne première mi-temps. Nous avons montré un bon jeu et avons marqué de beaux essais. Après, nous avons réalisé une entame de seconde mi-temps catastrophique en donnant des points facilement. C’est dommage mais dans notre XV de départ, nous avions joué avec beaucoup de jeunes joueurs qui jouaient leur premier match en équipe pro. Ce sera un match complètement différent dimanche. Et puis ils ne sont pas invincibles à domicile... Nous non plus (rires).  C’est vrai qu’ils ont perdu quelques matchs chez eux. Mais un quart de finale, c’est toujours particulier. La Coupe d’Europe reste un objectif pour nous, on aimerait bien la remporter un jour. Nous avons trois matchs pour le faire mais il ne faut pas trop penser à ça pour plutôt se concentrer sur le match de dimanche. Nous respectons beaucoup cette équipe de Leicester et nous sommes conscients que ce sont eux les favoris. Mais j’ai beaucoup confiance en mon équipe. Je suis serein dans le sens où ça me rassure de trouver, malgré la défaite à La Rochelle, mes coéquipiers très enthousiastes. Petit à petit la tension va monter pour le staff et les joueurs. Je suis convaincu qu’on va faire un gros match dimanche en Angleterre.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant