Serge Lazarevic est de retour en France

le
1

(Actualisé avec citations de Lazarevic et Hollande) VILLACOUBLAY, Yvelines, 10 décembre (Reuters) - Serge Lazarevic, dernier Français retenu en otage dans le monde, libéré après trois ans de captivité entre les mains d'Al Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), est arrivé en France mercredi. Son avion s'est posé à 07h49 sur l'aéroport de Villacoublay (Yvelines), ont constaté des journalistes de Reuters sur place. L'ancien captif, âgé de 50 ans, a été accueilli par le président François Hollande et des membres de sa famille. "Bienvenue monsieur Lazarevic, ça fait trois ans qu'on vous attend", a dit le chef de l'Etat. "Ce fut une épreuve, elle est terminée, vous êtes là." "J'avais oublié ce qu'était la liberté", a déclaré Serge Lazarevic quelques instants après. "N'oubliez jamais qu'être un homme libre, c'est faire attention à soi. Partout où vous allez, comme a dit monsieur le président, faites attention, parce que la liberté, c'est plus cher que tout", a-t-il ajouté, en remerciant les Français, le gouvernement et ceux qui ont oeuvré pour sa libération. François Hollande a fait part de sa "joie" et renouvelé son message de prudence aux Français : "Faites en sorte de ne pas aller là où vous pouvez être enlevés." Le chef de l'Etat a ajouté qu'il s'était "donné comme objectif de pouvoir libérer tous les otages, certains n'ont pas pu l'être, ils ont été tués". "C'est une joie pour le peuple français parce qu'il n'y a plus aucun otage français", a-t-il ajouté. Selon des sources maliennes, la libération de l'otage français a fait l'objet d'un échange de prisonniers, information sur laquelle l'Elysée n'a fait aucun commentaire. D'après ces sources, dont une judiciaire, Mohamed Ag Wassoudene, soupçonné d'être l'un des initiateurs de l'enlèvement de Serge Lazarevic, et son complice présumé Haiba Ag Acherif, font partie de l'échange. Mohamed Ag Wassoudene s'était échappé il y a quelques mois d'une prison de Bamako avant d'être capturé à nouveau. Serge Lazarevic avait été enlevé au Mali le 24 novembre 2011 avec un autre Français, Philippe Verdon. Leur enlèvement avait été revendiqué par Aqmi, qui a annoncé en mars 2013 que Philippe Verdon avait été exécuté en représailles à l'intervention française au Mali. (Jean-Baptiste Vey, avec Philippe Wojazer et Jacky Naegelen à Villacoublay)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jpoche le mercredi 10 déc 2014 à 09:21

    Honte à Fabius qui déclare "quand nous sommes arrivés au pouvoir il y avait 15 otages, maintenant il n'y en a plus", quel cynisme vis à vis de ceux qui sont morts et alors que la France paye pour les libérations, ce qui provoque d'autres prises d'otage.