Serge Lazarevic de retour en France : «La vie est belle, vive la liberté»

le
0
Serge Lazarevic de retour en France : «La vie est belle, vive la liberté»
Serge Lazarevic de retour en France : «La vie est belle, vive la liberté»

Serge Lazarevic, dernier otage français dans le monde jusqu'à sa libération annoncée mardi, est rentré ce mercredi matin en France. Libéré après plus de trois ans de captivité au Sahel aux mains d'Al-Qaïda, ce colosse franco-serbe de 51 ans, 1,98 m et 120 kg au moment de son enlèvement le 24 novembre 2011 au Mali, est arrivé à 7 h 49 à l'aéroport militaire de Villacoublay, près de Paris, dans un avion en provenance de Niamey.

Dans la capitale du Niger, où il a retrouvé sa fille Diane venue de Paris pour le raccompagner en France, l'ex-otage a été reçu mardi soir par le président Mahamadou Issoufou. Serge Lazarevic a été accueilli à sa descente d'avion par François Hollande. «La France n'a plus aucun otage, dans aucun pays au monde», s'était réjoui mardi le chef de l'Etat en annonçant la libération.

Suivez les événements sur l'arrivée en France de Serge Lazarevic :

11 h 10. «Bienvenue à la maison» déclare Gilbert Collard Le député du Gard et avocat souhaite la bienvenue à Serge Lazarevic.

Cher Serge Lazarevic, bienvenue à la maison !-- Gilbert Collard ? (@GilbertCollard) 10 Décembre 2014

11 h 05. François de Rugy évoque l'«émotion» à l'arrivée de Serge Lazarevic Le député d'Europe Ecologie Les Verts a salué la libération et l'arrivée de Serge Lazarevic sur Twitter.

Émotion et bonheur partagés avec Serge Lazarevic, sa famille, ses proches et l'ensemble des Français. pic.twitter.com/ZDaLr0Chy4-- François de Rugy (@FdeRugy) 10 Décembre 2014

10 h 50. «Le seul remède c'est le temps» explique Jean-Louis Normandin, ex-otage au Liban «Dans un premier temps, on est en acier inoxydable... On marche sur l'eau. La priorité, c'est de serrer ses proches dans ses bras», explique Jean-Louis Normandin, pris en otage au Liban en 1986 et libéré après 21 mois de captivité, au sujet de de la libération de Serge Lazarevic.

«Mais en détention, l'otage est sur un ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant