Serge Dassault demandera la levée de son immunité parlementaire

le
3
SERGE DASSAULT VA DEMANDER LA LEVÉE DE SON IMMUNITÉ PARLEMENTAIRE
SERGE DASSAULT VA DEMANDER LA LEVÉE DE SON IMMUNITÉ PARLEMENTAIRE

PARIS (Reuters) - Le sénateur UMP Serge Dassault a annoncé lundi son intention de demander lui-même la levée de son immunité parlementaire afin de "démontrer totale innocence" dans l'enquête sur des achats présumés de voix dans la ville de Corbeil-Essonnes (Essonne).

Malgré un avis favorable du parquet, le bureau du Sénat avait rejeté le 8 janvier lors d'un vote à bulletins secrets une requête en ce sens des juges chargés de l'affaire.

Invoquant de nouveaux éléments apparus dans le dossier, ceux-ci ont déposé une nouvelle demande de levée de l'immunité du propriétaire du Figaro et principal actionnaire de Dassault Aviation, qui doit être examinée ce mercredi par le bureau.

"J'ai décidé de demander au bureau du Sénat qui se tiendra le 12 février prochain de lever mon immunité parlementaire, quel que soit le mode de scrutin, de façon à être entendu", indique l'élu dans un communiqué. "Et même si cette levée d'immunité provoque mon placement en garde à vue, je suis prêt à affronter cette épreuve."

"Je pourrai de ce fait avoir accès à la procédure et enfin pouvoir me défendre contre ces accusations", ajoute-t-il. "Je pourrai ainsi démontrer ma totale innocence de ces soi-disant achats de votes".

Ces "accusations" sont "inventées de toute pièce par certains de mes adversaires politiques de Corbeil-Essonnes, qui n'ont pas hésité à prononcer des mensonges et des faux témoignages pour essayer de reprendre le contrôle de la ville" lors des élections municipales de mars, souligne Serge Dassault qui indique avoir été élu maire "sans aucun achat de vote."

PERQUISITIONS

La levée de l'immunité parlementaire de l'élu doit permettre aux magistrats du pôle financier de Paris de le placer éventuellement en garde à vue et de procéder à des perquisitions dans ses locaux.

Serge Dassault, qui est âgé de 88 ans, a été maire de Corbeil-Essonnes de juin 1995 à juin 2009.

C'est un de ses proches collaborateurs, Jean-Pierre Bechter, qui est actuellement maire de cette commune de la grande banlieue parisienne.

Les magistrats s'intéressent aux élections municipales organisées en 2008, 2009 et 2010 à Corbeil-Essonnes remportées par Serge Dassault puis par Jean-Pierre Bechter, dans le cadre de leur instruction pour achat de votes, corruption, blanchiment et abus de biens sociaux.

Le Conseil d'Etat, qui a annulé le scrutin de 2008, avait tenu pour "?établis?" des dons d'argent aux électeurs.

Marine Pennetier, édité par Bertrand Boucey

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dupon666 le mardi 11 fév 2014 à 00:05

    un monsieur de 88 ans qui devrait rester au chaud chez lui et ne pas venir encombrer une place de depute.Il a choisi de rester en vie publique et d'assumer ce qui va avec

  • M5441845 le lundi 10 fév 2014 à 21:48

    Il garde une réelle clairvoyance puisque il sait que la deuxième demande aurait été acceptée. De toute façon cette affaires comme beaucoup d'autre ne débouchera sur rien. X années d’enquête et un non lieu par manque de preuve....

  • annelion le lundi 10 fév 2014 à 21:09

    Embeter un monsieur de 88 ans... Cela manque vraiment de style.