Serge Blanco : Face aux All Blacks en 1986, « nous avons mis des bourre-pifs »

le , mis à jour à 09:29
0
Serge Blanco : Face aux All Blacks en 1986, « nous avons mis des bourre-pifs »
Serge Blanco : Face aux All Blacks en 1986, « nous avons mis des bourre-pifs »

Samedi à 21 heures au Stade de France, les Bleus disputent face à la Nouvelle-Zélande leur troisième et dernier test de la tournée d'automne. Après avoir concassé les Samoans (52-8) et n'avoir perdu que de deux cheveux face aux Australiens (23-25), les Français comptent faire mieux que résister aux All Blacks. Serge Blanco, vice-président de la Fédération, les en croit capables : « Guy (NDLR : Novès, qui donnera aujourd'hui la composition de son équipe) a insufflé un nouvel esprit. A l'image de Wesley Fofana qui est aujourd'hui libéré et aurait parfaitement sa place chez les Blacks. » En attendant samedi, il se souvient de 1986...

 

Ce choc de 1986 a-t-il été le plus engagé de votre carrière internationale ?

SERGE BLANCO. Non, le plus dur a été la défaite en Afrique du Sud en 1980 lors de ma première sélection (37-15). Il y avait eu une violence exceptionnelle imposée par les Springboks. A Nantes, c'est nous qui avons agressé, entre guillemets, les Blacks, car nous nous sommes rebellés après le test perdu (19-7) une semaine plus tôt à Toulouse où nous n'avions été que des figurants, genre « Madame est servie »...

 

A Nantes, à la réception du coup d'envoi, le deuxième ligne Murray Pierce s'est fait passer dessus par tout le pack français...

(Sourire) Parce qu'il est tombé accidentellement, sans doute... Plus sérieusement, cette entame n'a été que la résultante de la semaine infernale que nous avions vécue après la défaite au Stadium. Nous sommes rentrés chez nous humiliés le dimanche matin, parce qu'à l'époque on ne restait pas ensemble jusqu'au match suivant. Nous nous sommes retrouvés à Nantes en fin d'après-midi le mercredi. Dès notre arrivée, Jacques Fouroux (NDLR : sélectionneur-manageur de 1981 à 1990) nous a « entrepris »...

 

C'est-à-dire ? Il a fixé les règles de vie, ce qu'il ne faisait pas d'habitude, dont certaines feraient sourire aujourd'hui... Par exemple ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant