Serbie-Albanie, Lorik Cana : «On a simplement pensé à sauver nos vies»

le
0
Serbie-Albanie, Lorik Cana : «On a simplement pensé à sauver nos vies»
Serbie-Albanie, Lorik Cana : «On a simplement pensé à sauver nos vies»

C'est de son domicile romain, rejoint hier, que Lorik Cana a accepté de revenir sur les graves incidents qui ont interrompu le match Serbie - Albanie.

Pouvez-vous nous raconter ce qu'il s'est passé ?

LORIK CANA. Tout s'est à peu près bien passé avant le match. Hormis des insultes nous visant pendant l'échauffement et quelques projectiles sur notre staff, ça allait. Sur le terrain, durant les quelque quarante minutes de jeu, il n'y a eu aucun souci non plus. Puis, à la 41 e minute, le match a été interrompu en raison de fumigènes. C'est là que le drone est arrivé avec le drapeau albanais. Un joueur serbe l'a récupéré et deux de nos joueurs sont venus lui prendre afin qu'il ne soit pas déchiré. Il y a eu un attroupement mais sans excès. C'est quand on a voulu sortir le drapeau de la pelouse que les premiers supporteurs sont arrivés et nous ont tapés dessus avec des stadiers. Je me suis préoccupé des plus jeunes et on est allé se mettre à l'abri.

Et dans les vestiaires ?

On s'est réuni avec Ivanovic, le capitaine serbe, les délégués de l'UEFA et l'arbitre. Les Serbes voulaient reprendre le match et nous ont proposé de vider le stade au préalable. Mais certains de nos joueurs étaient blessés, l'un avait le nez fracturé. On n'était pas en mesure de rejouer, d'autant que notre sécurité n'était plus assurée. On a donc décliné l'offre. A la sortie du stade, toute notre délégation a été fouillée par la police serbe qui pensait que l'on était impliqué dans l'histoire du drone. C'est un manque de respect. On n'a rien à voir avec cela. On a été traités comme des délinquants.

Dans quel état d'esprit êtes-vous aujourd'hui ?

Quand j'ai vu le tirage, je me suis dit qu'il aurait été préférable de ne pas jouer le match aller en Serbie ni le retour à Tirana. Politiquement, entre les deux pays, c'est tendu. On s'était mis d'accord pour que nos supporteurs ne viennent pas afin d'éviter tout ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant