Sept questions sur l'avenir d'Air France

le
1
Franck Terner  et Jean-Marc Janaillac
Franck Terner  et Jean-Marc Janaillac

Quatre mois après sa nomination à la tête du groupe Air France-KLM, Jean-Marc Janaillac a acquis « la conviction que le statu quo n'était pas une option ». La compagnie Air France doit « retrouver de l'ambition pour reprendre l'offensive et redevenir un leader européen ». En chiffres, cela signifierait une croissance de 2 à 3 % par an jusqu'en 2020 pour atteindre 28 milliards d'euros de chiffre d'affaires, transporter 100 millions de passagers (contre 87 actuellement) avec une flotte de 435 appareils. Nom de ce plan de redressement : Trust Together. Un des outils de la stratégie sera une compagnie (nom de projet Boost) dédiée aux marchés difficiles pour contrer la concurrence des transporteurs du Golfe. Une nécessité vitale pour la compagnie : actuellement, 15 % des dessertes long-courriers de KLM sont déficitaires. Il y en a 35 % à Air France, dont 10 % sont très lourdement en perte.

Le projet Boost donnera-t-il naissance à une compagnie low cost long-courrier ?

La compagnie qui devrait aligner dix avions en 2020 offrira un confort et un service assez proches de ceux d'Air France. Si, en affaires, on trouvera des sièges-lits, tous n'auront pas accès à l'allée centrale comme c'est le cas sur la nouvelle classe Best en cours de déploiement. De même, la classe économique sera densifiée. Cela pour offrir des tarifs compétitifs vers le Sud-Est asiatique vis-à-vis des compagnies du Golfe.

Quels sont...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dotcom1 il y a un mois

    Il va y laisser sa chemise!