Sept migrants repêchés à Calais en tentant de rejoindre un ferry

le
1

LILLE, 6 octobre (Reuters) - Sept migrants ont été repêchés dans la nuit de lundi à mardi dans le port de Calais alors qu'ils essayaient de rejoindre un ferry à la nage, sur fond de tensions accrues et de tentatives désespérées de traverser la Manche toujours plus nombreuses, a-t-on appris mardi auprès des pompiers. Les pompiers sont intervenus à deux reprises, lundi en fin de soirée puis mardi vers 04h00 du matin, pour prendre en charge des migrants secourus par des sauveteurs du port de Calais, a-t-on précisé de même source. Les migrants, probablement de nationalité syrienne, étaient en état d'hypothermie et ont été conduit à l'hôpital. Leur volonté de rejoindre un ferry à la nage illustre la tension croissante à Calais, où les candidats à l'immigration en Grande-Bretagne multiplient les tentatives depuis quelques jours et s'y essaient par tous les moyens. Samedi, des centaines de personnes ont tenté de pénétrer dans la zone d'embarquement du port de Calais quand d'autres prenaient d'assaut des camions sur la rocade portuaire. Dans le même temps, 120 migrants avaient réussi à pénétrer dans le tunnel sous la Manche et s'étaient engagés sur environ 15 kilomètres, un fait inédit, selon la préfecture. La préfète du Pas-de-Calais, Fabienne Buccio, avait alors évoqué "la détermination et une certaine agressivité des migrants". Un syndicaliste policier avait, lui, dénoncé "une agressivité nouvelle et dangereuse de gens désespérés et prêts à tout". En réponse, le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a annoncé l'envoi à Calais de trois unités de forces mobiles, soit 220 CRS et gendarmes. Les coopérants humanitaires présents à Calais disent également observer à l'approche de l'hiver une situation tendue. Le président d'Emmaüs France, Thierry Kuhn, a décidé vendredi de rompre les liens entre son mouvement et le gouvernement et prédit "une catastrophe à grande échelle dans les jours qui viennent, à l'approche de l'hiver". La préfecture du Pas-de-Calais estime qu'environ 3.000 migrants sont regroupés à Calais dans un bidonville qui jouxte un centre d'accueil de nuit pour les femmes et les enfants. (Pierre Savary, édité par Gregory Blachier)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M940878 le mardi 6 oct 2015 à 14:47

    c'est surtout les calaisiens qui en ont marre de toute cette faune