Sepp Blatter voulait des Coupes du monde en Russie et aux USA

le
0
BLATTER VOULAIT QUE LA RUSSIE ET LES USA AIENT UNE COUPE DU MONDE
BLATTER VOULAIT QUE LA RUSSIE ET LES USA AIENT UNE COUPE DU MONDE

MOSCOU (Reuters) - Le président sortant de la Fédération internationale de football Sepp Blatter voulait que la Russie et les Etats-Unis accueillent les Coupes du monde 2018 et 2022 et estime que c'est la faute au président de l'UEFA Michel Platini si le Qatar a damé le pion aux Américains pour 2002, a déclaré mercredi son porte-parole.

Mais, a précisé Klaus Stoehlker à Reuters, le souhait du président Blatter que les deux tournois aillent "aux deux plus grandes puissances politiques" n'était pas une décision arrangées à l'avance.

"Ce n'était pas un accord, c'était sa proposition et, naturellement, elle est (ensuite) allée au vote au comité exécutif (de la Fifa)", précise le porte-parole.

Dans une interview accordée à l'agence de presse russe Tass, dans laquelle il accuse Michel Platini, prétendant à sa succession, de jouer un rôle dans les attaques dont il est victime, Sepp Blatter estime le double vote de 2010 sur les attributions des tournois 2018 et 2022 a été le catalyseur de la crise qui secoue aujourd'hui la Fifa.

Sepp Blatter, à la tête de la Fifa depuis 1998, et le président de l'UEFA Michel Platini, qui était favori pour lui succéder le 26 février, ont été suspendus le 8 octobre par la commission d'éthique de la Fifa en raison de doutes sur la légalité d'un versement de deux millions de francs suisses (1,8 million d'euros) versé en 2011 par Blatter à Platini.

Ces sanctions sont le dernier rebondissement en date de la vaste affaire de corruption qui secoue l'instance dirigeante du football mondial depuis mai dernier. Le département américain de la Justice a lancé des poursuites contre 14 responsables de la Fifa et cinq dirigeants de sociétés liées à la commercialisation et à la promotion du football pour des faits de corruption ayant donné lieu, depuis le début des années 1990, au versement de pots-de-vin estimés à plus de 150 millions de dollars.

"Nous avons eu une discussion sur la Coupe du monde et nous avons alors pris une double décision", a déclaré Sepp Blatter à l'agence Tass.

"Pour les Coupes du monde, il a été décidé que nous irions en Russie (pour 2018) et pour 2022, que nous reviendrions en Amérique. Et ainsi nous aurions la Coupe du monde dans les deux plus grandes puissances politiques", a déclaré Sepp Blatter.

Le Suisse raconte que Platini a changé d'avis à la suite d'un déjeuner qu'il a eu avec de hauts dirigeants qataris et Nicolas Sarkozy, le président français de l'époque.

PRIVÉS DE QUATRE VOIX

"Il y a eu une élection à bulletin secret. Les USA ont été privés de quatre voix européennes (...). Si la Coupe du monde avait été attribuée aux Etats-Unis, nous ne parlerions (aujourd'hui) que de la merveilleuse Coupe du monde 2018 en Russie et (...) d'aucun problème", a déclaré Sepp Blatter à Tass.

Klaus Stoehlker dit s'être entretenu avec Sepp Blatter après l'interview à l'agence de presse russe et, dit-il, le président sortant de la Fifa a souligné qu'il n'y avait pas eu d'accord avant le vote du comité exécutif de la Fifa et que c'était plutôt son souhait personnel que les coupes soient attribuées à la Russie et les Etats-Unis.

"Puis, il s'est fait avoir par Platini qui, sous la pression de Sarkozy, a changé son soutien pour l'apporter au Qatar", a déclaré le porte-parole.

Le président de l'UEFA a reconnu avoir eu un déjeuner avec le président français et avec des responsables qataris mais affirme que le président français ne lui a pas demandé de voter pour le Qatar.

Dans l'interview avec Tass, Sepp Blatter estime avoir été victime d'un jeu de pouvoir politique et assure que la Russie ne sera jamais dépossédée de l'organisation de la Coupe du monde 2018 malgré les appels lancés en ce sens par certains Britanniques.

Le Suisse explique que les attaques qui le visent s'inscrivent dans un contexte politique provoqué par les arrestations du mois de mai.

"Au début, ce n'était qu'une attaque personnelle. C'était Platini contre moi. Il a commencé, mais ensuite, il s'est agi d'attaques politiques."

"Et quand cela a pris un tour politique, ce n'était plus Platini contre moi. C'est devenu les deux qui ont perdu la Coupe du monde. L'Angleterre contre la Russie. Et les Etats-Unis qui ont perdu contre le Qatar."

Qualifiant l'Angleterre de "mauvaise perdante", Blatter estime que les préparatifs de la Russie pour le tournoi de 2018 se passent bien et apporte son soutien au président russe Vladimir poutine.

"Mais vous ne pouvez pas détruire la Fifa. La Fifa ce n'est pas la Banque de Suisse. La Fifa, ce n'est pas une société commerciale. Donc, ils s'y sont mis tous ensemble, avec les Suisses, pour attaquer la Fifa et le président de la Fifa."

"Et vous qui êtes de Tass, vous connaissez les problèmes entre votre pays et les Etats-Unis. La Coupe du monde ou la Fifa sont des pions dans le grand jeu politique", a-t-il dit.

(Simon Evans; Nicolas Delame, Jean-Stéphane Brosse et Danielle Rouquié pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant