Séoul s'impatiente face au chantage nord-coréen

le
0
La présidente Park Geun-hye accuse Pyongyang de fabriquer une crise pour contraindre ses adversaires au compromis.

La «princesse Park» perd patience. Depuis le début de la crise, la nouvelle présidente sud-coréenne, Park Geun-hye, jouait la retenue, mais elle a fini par afficher son agacement mardi après la dernière provocation de Pyongyang. «Pendant combien de temps encore allons nous assister à ce cercle vicieux sans fin, où la Corée du Nord fabrique une crise avant de proposer un compromis et d'arracher une aide?», a déclaré la présidente conservatrice après le retrait des 53.000 ouvriers nord-coréens du parc industriel de Kaesong, dernier vestige du rapprochement intercoréen du début des années 2000. La dirigeante, arrivée au pouvoir en février, a jugé cette décision «très décevante», refusant le chantage qui avait si bien réussi à Pyongyang par le passé, notamment face à George Bush.

La fille de l'autocrate Park Chung-hee, qui régna d'une main de fe...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant