Séoul reprend sa propagande à hauts parleurs sur la frontière

le
0
    * La Corée du Sud lance sa propagande en guise de réponse à 
l'essai nucléaire nord-coréen 
    * La Corée du Nord augmente ses troupes le long de la 
frontière 
    * Entretien prévu ce vendredi entre Séoul et Pékin 
 
 (Actualisé avec détails) 
    par Tony Munroe et Ben Blanchard 
    SEOUL, 8 janvier (Reuters) - La Corée du Sud a entamé 
vendredi une campagne de propagande sonore le long de la 
frontière avec le Nord, en guise de riposte à l'essai nucléaire 
réalisé il y a deux jours par Pyongyang, alors que Séoul 
s'entretiendra dans la journée avec Pékin, principal allié de la 
Corée du Nord. 
    A l'aide de murs de hauts-parleurs déployés sur onze points 
le long de ligne de démarcation, fortement militarisée, entre 
les deux Corées, Séoul diffuse des messages critiques à l'égard 
du régime nord-coréen ainsi que de la musique pop. 
    La dernière fois que Séoul avait eu recours à une telle 
campagne de propagande, en août dernier, s'était traduit par un 
échange de tirs d'artillerie, Pyongyang considérant ces messages 
comme insultants. 
    La Corée du Nord a annoncé mercredi avoir testé avec succès 
mercredi une bombe à hydrogène miniaturisée, une affirmation 
toutefois mise en doute par les Etats-Unis et de nombreux 
experts nucléaires.  ID:nL8N14Q3BK  
    Le ministre sud-coréen des Affaires étrangères Yun Byung-se 
s'entretiendra par téléphone avec son homologue chinois Wang Yi 
ce vendredi à 10h00 GMT, a déclaré le ministère des Affaires 
étrangères sud-coréen dans un texto envoyé à des journalistes. 
    Selon l'agence de presse sud-coréenne Yonhap, le ministère 
des Affaires étrangères sud-coréen avait sollicité cet entretien 
téléphonique dès mercredi, juste après l'annonce de l'essai 
nucléaire. 
    Yonhap ajoute que cet entretien avait jusqu'ici été reporté 
en raison de "l'agenda interne" de la Chine. 
    La Chine est le principal allié diplomatique et économique 
de la Corée du Nord, même si les relations se sont refroidies 
entre les deux pays ces dernières années alors que celles entre 
Pékin et Séoul se sont réchauffées. 
    Jeudi, les Etats-Unis avaient exhorté la Chine à cesser de 
faire "comme si de rien n'était" après que la Corée du Nord a 
dit avoir effectué avec succès un essai de bombe à hydrogène. 
    "La Chine voulait avoir une approche particulière (de la 
question nord-coréenne), que nous avions acceptée et que nous 
respections", a déclaré John Kerry aux journalistes. 
    "Mais j'ai dit très clairement aujourd'hui lors de la 
conversation que cette approche n'avait pas réussi et qu'on ne 
pouvait pas continuer à faire comme si de rien n'était", a-t-il 
poursuivi.  ID:nL8N14R15N  
     
    ÉTAT D'ALERTE 
    Selon Yonhap, le son diffusé par les hauts-parleurs est si 
fort qu'il porte dans un rayon de 10 kilomètres en Corée du Nord 
en journée, une distance doublée pendant la nuit. 
    Onze ans après les avoir interrompues, la Corée du Sud avait 
repris ses émissions de propagande par haut-parleurs en août 
2015 en riposte à l'explosion de deux mines, qui avaient 
grièvement blessé deux de ses soldats. 
    A la fin de ce même mois, les deux Corées étaient parvenues 
à un accord pour faire retomber les tensions à la frontière, 
entraînant une nouvelle interruption de la campagne de 
propagande.  ID:nL5N10Z3EZ  
    Séoul a estimé que le quatrième essai nucléaire mené il y a 
deux jours par la Corée du Nord constituait une "grave 
violation" de l'accord conclu en août. 
    Les deux Corées sont toujours techniquement en état de 
guerre, depuis l'armistice qui a mis un terme aux combats de la 
guerre de 1950-53. 
    La Corée du Nord a augmenté le nombre de ses troupes au sein 
de certaines unités déployées près de la ligne de démarcation en 
réponse à la reprise de la campagne de propagande, a ajouté 
Yonhap. 
    L'agence a également rapporté que les responsables 
militaires sud-coréens avaient relevé au degré maximal leur 
niveau d'alerte sur les lieux à proximité des hauts-parleurs. 
 
 (Avec la contribution de James Pearson, Se Young Lee, Christine 
Kim, Jee Heun Kahng, Ju-min Park et Jack Kim à Séoul et de 
Patricia Zengerle, Roberta Rampton, Doina Chiacu et Arshad 
Mohammed à Washington, Benoît Van Overstraeten pour le service 
français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant