Séoul : des milliers de manifestants réclament la démission de leur présidente

le , mis à jour à 16:30
0
Séoul : des milliers de manifestants réclament la démission de leur présidente
Séoul : des milliers de manifestants réclament la démission de leur présidente

Des milliers de Sud-Coréens manifestaient samedi à Séoul sous une étroite surveillance policière pour exiger la démission de leur présidente Park Geun-Hye visée par un vaste scandale politico-financier. Les manifestants scandant des appels à la démission et brandissant des pancartes cherchaient à se diriger vers la Maison-Bleue, siège de la présidence, encadrés par 20.000 policiers.

Quelque 40.000 manifestants selon la police, 200 000 selon les organisateurs, ont défilé dans le centre de Séoul, malgré une allocution télévisée vendredi empreinte d'émotion lors de laquelle Mme Park a reconnu avoir été imprudente et s'est dite prête à être entendue par le parquet sur ce scandale de corruption.

Une sulfureuse conseillère de l'ombre

Park Geun-Hye est accusée d'avoir été sous la coupe d'une sulfureuse conseillère de l'ombre, Choi Soon-Sil, qui aurait profité de son ascendant pour spolier des groupes industriels. Mme Choi a été arrêtée jeudi pour fraude et abus de pouvoir.

Mme Park, dont la côte de popularité a chuté à 5%, a reconnu vendredi être responsable du scandale qui implique sa confidente et amie de 40 ans, en ayant été, par amitié, «négligente» et insuffisamment vigilante. Mais elle a démenti des informations selon lesquelles elle aurait participé, sous l'influence de celle surnommée «Raspoutine» par les médias sud-coréens, à un culte religieux d'inspiration chamanique. Choi Soon-Sil est la fille d'un mystérieux chef religieux, Choi Tae-Min, devenu son mentor après l'assassinat de sa mère en 1974.

Mais l'opinion publique s'inquiète aussi de savoir si Mme Choi a eu accès à des documents confidentiels alors qu'elle n'avait ni fonction officielle ni habilitation de sécurité.

Une légitimité très diminuée

Après l'intervention de la présidente à la télévision, le Parti démocratique, principale formation de l'opposition sud-coréenne, a réclamé des changements substantiels et ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant