Séoul accuse Pyongyang d'avoir piraté les téléphones de hauts responsables

le
0
Séoul accuse Pyongyang d'avoir piraté les téléphones de hauts responsables
Séoul accuse Pyongyang d'avoir piraté les téléphones de hauts responsables

Le renseignement sud-coréen a affirmé mardi que la Corée du Nord avait piraté des smartphones appartenant à de hauts responsables du gouvernement et intensifié ses attaques informatiques. Dans un communiqué, le Service national du  renseignement (NIS) explique que la Corée du Nord a réussi à mettre la main sur des numéros de téléphone et messages écrits extraits des smartphones de dizaines de hauts responsables sud-coréens entre fin février et début mars. 

Le serveur d'une importante société informatique spécialisée dans les logiciels de sécurité pour la banque en ligne a également été attaqué, ajoute le NIS. «La Corée du Nord s'est livrée à une série d'attaques contre notre cyberespace» à la suite de l'essai nucléaire du 6 janvier, poursuivent les services de renseignement. Ces derniers estiment que Pyongyang avait l'intention de lancer une attaque en règle contre le système bancaire sud-coréen. «Si rien n'avait été fait, il y aurait eu une importante crise financière, avec la paralysie de la banque en ligne et des transferts d'argent non désirés». Le NIS a appelé l'ensemble des agences gouvernementales et les services d'Etat à une extrême vigilance. 

Ces révélations du NIS interviennent alors que la veille la Corée du Nord menaçait les Etats-Unis et son voisin du sud de frappes nucléaires à l'aveugle s'ils maintenaient leurs manoeuvres militaires communes. Des entraînements organisés alors que Pyongyang a annoncé voilà plusieurs semaines avoir mené à bien des essais nucléaires. 

La Corée du Sud a plusieurs fois accusé la Corée du Nord de piratage, contre ses institutions militaires, ses banques, ses services gouvernementaux, les télévisions publiques, les sites d'information ou encore une centrale nucléaire. Les Etats-Unis accusent la Corée du Nord d'avoir été à la manoeuvre lors du piratage spectaculaire en 2014 de Sony Pictures dont les auteurs exigeaient qu'il renonce à ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant