Sens commun exhorte l'UMP à l'introspection

le
0
Arnaud Boutheon, Madeleine de Jessey, Sébastien Pilard et Marie-Fatima Hutin ont fondé Sens commun à l'automne 2013.
Arnaud Boutheon, Madeleine de Jessey, Sébastien Pilard et Marie-Fatima Hutin ont fondé Sens commun à l'automne 2013.

L'UMP est en crise. À nouveau. Tous les médecins de circonstance se pressent à son chevet. Et se disputent sur le remède à prescrire. À nouveau. Deux éternelles écoles s'affrontent : les partisans de la saignée contre ceux de la purge. Les premiers prescrivent un rapprochement avec le centre comme seule voie de salut et assument l'hémorragie d'électeurs du côté droit du malade. Les autres préconisent au contraire une cure de durcissement du discours et d'élimination des éléments les moins vigoureux pour ramener au bercail les brebis égarées au Front national. Tous ces scientifiques de la politique ont sorti leur calculatrice et comptent froidement les centaines de sympathisants que leur solution "garantirait". 10 % par-ci, 10 % par-là, des voix perdues ici, des voix gagnées là-bas... Crise d'identité Les mathématiques sont en train de tuer l'UMP. Ce n'est pas parce que nous aurons réussi à faire UDI + Modem + UMP ou tenté un UMP + FN que nous gagnerons 2017. Parce que les électeurs ne sont pas des données additionnables sur un tableau Excel. Parce qu'un parti ne repose pas sur des chiffres, mais sur des valeurs et des idées. Les siennes, pas celles des autres. Nos médecins s'obstinent à louvoyer aux extrémités, à regarder ce qui se fait ailleurs. Ils ne voient pas - ou refusent de voir - le mal pour ce qu'il est en son coeur : une crise d'identité. Comment se fait-il que la première force politique française soit aujourd'hui...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant