Sénégal, tous unis contre Abdoulaye Wade

le
0
Le président sortant sénégalais pourrait connaître la même mésaventure qu'Abdou Diouf, faute de voix en réserve pour le second tour de la présidentielle, dimanche.

Dakar, noyée dans les premières chaleurs, est retournée à son quotidien. Les embouteillages, les petits marchands qui encombrent les rues et les femmes qui se pressent sur les trottoirs défoncés. Comme si l'élection était déjà loin. Il n'y a que quelques affiches, à de rares grands carrefours, pour rappeler que le deuxième tour du scrutin est encore à venir, dimanche. En fin politique, le président sortant Abdoulaye Wade sait que cette dynamique molle pourrait bien lui coûter le troisième mandat auquel il aspire. «Wade, il a déjà perdu. Son score, il est trop petit», assure Abdou Sagna, un marchand qui résume en une phrase la vox populi dakaroise. Les politologues sénégalais ont donné un nom à ce sentiment: le syndrome Abdou Diouf.

En 2000, Abdou Diouf, aujourd'hui secrétaire général à la Francophonie, se représentait à la présidentielle. Après un premier tour honorable, avec 41,51% des voix, il affichait au second un score parfaitement identique. S'enga

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant