Sénégal : Paris et Washington mettent Wade sous pression

le
0
Des heurts ont déjà fait cinq morts parmi les opposants au président sénégalais.

Les heurts s'enchaînent à Dakar. Mercredi soir, c'est l'Université Cheikh Anta Diop, au centre de la capitale sénégalaise, qui était le théâtre d'affrontements entre les forces de l'ordre et des étudiants. Ils protestaient contre la mort, la veille, de l'un des leurs lors de la dispersion d'une précédente manifestation. La mort de ce jeune homme, qui aurait été renversé par une voiture de police, porte à cinq le nombre de victimes des heurts. Un bilan lourd pour un pays peu habitué aux violences politiques.

La colère des étudiants et d'une large partie des Sénégalais fait suite à la décision d'Abdoulaye Wade, 86 ans dont douze passés au pouvoir, de se présenter à sa succession moyennant un tour de passe-passe constitutionnel lors du scrutin du 26 février prochain. Le président se dit malgré tout serein, réduisant la contestation à une simple «brise». «Une brise est un vent léger qui secoue les feuilles des arbres, mais elle ne devient jamais un ouragan

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant