Sénégal : le fils de l'ex-président Wade condamné à six ans de prison

le
0
Sénégal : le fils de l'ex-président Wade condamné à six ans de prison
Sénégal : le fils de l'ex-président Wade condamné à six ans de prison

Ses chances de succéder à son père s'amenuisent. Karim Wade, 46 ans, fils de l'ancien président du Sénégal Abdoulaye Wade et ex-ministre, a été condamné lundi à six ans de prison ferme et à plus de 138 milliards de francs CFA d'amende (plus de 210 millions d'euros) pour «enrichissement illicite».

Mais de la chronique judiciaire à la chronique politique, il n'y a qu'un pas à Dakar. Karim Wade avait en effet été désigné pas plus tard que samedi comme candidat du PDS, le principal parti d'opposition à l'actuel président du Sénégal Maky Sall, pour le prochain scrutin présidentiel. Maky Sall avait succédé à Abdoulaye Wade en 2012. Son mandat doit normalement être remis en jeu d'ici 2019 mais pourrait être organisé dès février 2017. Le verdict ne fait pas formellement allusion à la perte de ses droits civiques par Karim Wade, mais elle semble automatique en vertu du code pénal local.

Karim Wade se présente comme un «prisonnier politique»

L'annonce du verdict, à laquelle Karim Wade, en détention préventive depuis avril 2013, n'assistait pas a d'ailleurs été interrompue par les hurlements de ses partisans. «La condamnation est politique. Depuis longtemps on veut empêcher un candidat, notre candidat d'être présent à l'élection présidentielle», a ainsi déclaré Oumar Sarr, un dirigeant du Parti démocratique sénégalais (PDS), la formation de l'ancien président Wade.

A l'ouverture de son procès le 31 juillet dernier, Karim Wade s'était déjà présenté comme «prisonnier politique».  Il est accusé d'avoir illégalement acquis par le biais de montages financiers complexes, du temps où il était conseiller puis ministre de son père, un patrimoine constitué de sociétés au Sénégal et l'étranger, de comptes bancaires, de propriétés immobilières et de voitures de luxe, ce qu'il nie.

La Cour de répression de l'enrichissement illicite (CREI), une instance réactivée par le nouveau ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant