Sénatoriales, mode d'emploi : les cinq grandes questions

le
11
Sénatoriales, mode d'emploi : les cinq grandes questions
Sénatoriales, mode d'emploi : les cinq grandes questions

Le Sénat est renouvelé de moitié ce dimanche, mais seuls quelque 87.000 grands électeurs, pour l'essentiel des élus locaux, sont appelés aux urnes. La deuxième chambre du Parlement n'est en effet pas désignée au suffrage universel direct comme l'Assemblée nationale, mais par un collège composé principalement des délégués des conseils municipaux. Au total, 179 de ses 348 sièges sont en jeu dimanche.

L'enjeu est de taille pour François Hollande et Manuel Valls : passé à gauche en 2011 pour la première fois dans l'histoire de la Ve République, le Sénat pourrait redevenir majoritairement de droite, après les élections municipales du mois de mars ayant été largement remportées par la l'opposition.

A quoi le Sénat sert-il ?

Le Parlement se compose de deux institutions, l'Assemblée et le Sénat. Ces chambres détiennent le pouvoir de voter la loi. Lors du vote d'un projet de loi, les sénateurs ont le pouvoir de le modifier par des amendements. Les textes amendés sont débattus plusieurs fois grâce à un système de relais qu'on appelle «navette». Mais le Sénat ne peut pas avoir le dernier mot : en cas de désaccord, le Premier ministre peut donner raison à l'Assemblée. Cette dernière ne peut donc légiférer qu'avec l'accord du Sénat ou du Premier ministre, jamais seule.

Détenant un mandat de trois ans, le président du Sénat est aussi, selon la Constitution, le deuxième personnage de l'Etat. En cas d'incapacité du président de la République, c'est lui qui prend les affaires courantes en main mais il ne peut ni organiser de référendum ni dissoudre l'Assemblée. Il dispose en outre d'un important pouvoir de nominations, notamment au Conseil constitutionnel et au Conseil supérieur de la magistrature (CSM).

Pourquoi cette élection intéresse-t-elle si peu ?

Le mode de scrutin est compliqué et le suffrage est indirect. A la différence des élections législatives ou présidentielle, qui permet à chaque ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • sarestal le dimanche 28 sept 2014 à 20:19

    La question essentielle est à quoi sert il en 2014 ? ? ?il faudrait peut être songer à réduire fortement le nombre de sénateurs et de députés, cela n'a plus aucun sens en Europe.L'impression donnée aux français n'est pas fameuse... Une fois de +

  • frk987 le dimanche 28 sept 2014 à 09:29

    Si le ménage des anciennes lois était fait, à quoi serviraient les avocats ? Avocat c'est l'art d'exhumer une loi datant de Clovis et non abrogée. Sinon une simple lecture du code pénal suffirait en appliquant les peines prévues.

  • frk987 le dimanche 28 sept 2014 à 09:25

    Suite : s'il y a une assemblée à supprimer c'est l'AN, les godillots de l'exécutif, toujours de la même couleur que le gouvernement depuis l'aberration du quinquennat.

  • frk987 le dimanche 28 sept 2014 à 09:23

    Pas d'accord sur l'inutilité du Sénat, cette institution permet d'attirer l'attention du gouvernement sur la stupidité de certaines lois. Avec le conseil constitutionnel ce sont les deux freins aux délires de l'exécutif, surtout avec un quinquennat qui coïncide avec le mandat des députés.

  • frk987 le dimanche 28 sept 2014 à 09:15

    Bonjour Knbskin, heureusement que 30% des lois n'ont jamais de décrets d'applications, ça fait plaisir à la presse d'annoncer qu'une loi est votée, plaisir à une frange de la population, mais totalement inapplicables dans les faits.

  • knbskin le dimanche 28 sept 2014 à 08:21

    .../... le "ménage" n'est jamais fait dans les lois anciennes. En fait, tous ces gens sont beaucoup trop nombreux (députés et sénateurs) et travaillent mal, malgré leur coût pharaonique ! :(

  • knbskin le dimanche 28 sept 2014 à 08:19

    Bah ! Le fait d'avoir DEUX assemblées n'est pas idiot en soi, M4960905 ... Cela devrait améliorer le travail législatif ... En fait, il semble bien que 30 % au moins des lois votées et munies de leurs décrets d'application n'entrent JAMAIS en vigueur, pour des raisons obscures. Celles qui entrent en vigueur sont souvent obscures ou amphibologiques, compliquées .../...

  • M7361806 le vendredi 26 sept 2014 à 17:42

    Le PRG dont le président BAYLET en mauvaise posture !

  • pichou59 le vendredi 26 sept 2014 à 17:20

    il y a des électeurs qui ont été arrosés? avec la "caisse noire"

  • M4960905 le vendredi 26 sept 2014 à 16:57

    M94 d'accord c'est la seule question, et elle n'est pas posée