Sénatoriales : huit mois de suspense

le
0
Le président de la Haute Assemblée, Gérard Larcher, juge que la majorité a «deux chances sur trois» de l'emporter en septembre.

La sérénité légendaire des sénateurs n'est plus ce qu'elle était. À neuf mois des élections sénatoriales de septembre, alors que le président UMP du Sénat, Gérard Larcher, présentait ce jeudi ses v½ux à la presse, l'inquiétude est palpable chez ses collègues de la droite et du centre. Pour la première fois depuis 1947, la gauche peut espérer devenir majoritaire au Palais du Luxembourg ou, à défaut, priver au moins l'UMP et ses alliés -les centristes et quelques radicaux- de la majorité absolue. Un cas de figure qui rendrait la réélection de Larcher à la présidence du Sénat très incertaine. Le président de la Haute Assemblée veut pourtant croire que la majorité sénatoriale a «deux chances sur trois» de l'emporter.

À neuf mois de la présidentielle, la perte du Sénat serait un rude coup pour Nicolas Sarkozy. Aucune révision de la Constitution n'est possible sans l'accord de la Chambre haute, chargée de représenter les collectivités locales. L'

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant