Sénat : le président Jean-Pierre Bel raccrochera en septembre

le
0
Sénat : le président Jean-Pierre Bel raccrochera en septembre
Sénat : le président Jean-Pierre Bel raccrochera en septembre

«Je continuerai, avec la même passion, jusqu'au dernier jour pleinement investi dans la fonction qui est la mienne tout en m'impliquant dans la campagne à venir», écrit Jean-Pierre Bel, ce mercredi, dans les colonnes du «Monde». La tribune publiée par le président PS du Sénat, a toutefois un parfum de discours d'adieux. Ce proche de François Hollande y annonce qu'il ne sera pas candidat à un nouveau mandat en septembre, lorsque la moitié de la Haute Assemblée devra être renouvelée.

Un «choix personnel très ancien», une «décision qui vient de loin», dont seul le président de la République avait été informé, «dès les premiers jours qui ont suivi mon élection à la présidence (...) alors qu'il était lui-même candidat à la candidature pour la présidence de la République», précise Jean-Pierre Bel, 63 ans, sénateur depuis 16 ans et porté à sa présidence en 2011. «Lui et lui seul, explique-t-il, car c'était la condition pour effectuer cette extraordinaire mission en toute plénitude.»

«Je ne suis ni déçu ni blasé? »

«Je suis convaincu que pour redonner confiance dans la parole politique on ne peut pas s'en tenir à proclamer des principes, il faut être capable de se les appliquer? et, d'abord, ne pas se considérer comme propriétaire de nos mandats», écrit le président du Sénat.

Lui qui rappelle avoir été le «premier président socialiste du Sénat depuis le début de la Ve République» -«un immense honneur», «une responsabilité passionnante»- précise qu'il ne s'agit pas là d'une sortie sous contrainte : «Rien ne m'oblige et, pour répondre par avance à certains commentaires orientés ou ignorants, en particulier pas la crainte des échéances à venir.» «Comme d'autres, comme Bertrand Delanoë, je décide simplement moi-même, en toute lucidité, toute sérénité, du moment de m'arrêter», explique-t-il. «Je ne suis ni déçu ni blasé? »

Désir salue un «serviteur de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant