Sénat : l'ex-ministre Raincourt a bien bénéficié de l'argent secret de l'UMP

le
2
Sénat : l'ex-ministre Raincourt a bien bénéficié de l'argent secret de l'UMP
Sénat : l'ex-ministre Raincourt a bien bénéficié de l'argent secret de l'UMP

Révélée le 20 mai 2014 par Le Parisien, l'enquête ouverte par le parquet de Paris sur des soupçons de détournements de fonds publics au Sénat n'en finit pas de susciter des remous. Ce mardi, quelques jours après avoir assuré que l'UMP avait ouvert secrètement un compte chez HSBC pour financer certains sénateurs, Mediapart relaie les propos accordés ce week-end par Henri de Raincourt à l'Yonne républicaine.

Ce parlementaire du Palais du Luxembourg concède ainsi avoir touché entre 2008 et 2011 4000 euros mensuels en provenance de ce compte de l'UMP. Or, là où le bât blesse, c'est qu'Henri de Raincourt est devenu ministre en juin 2009 du gouvernement Fillon. D'abord chargé des relations du Parlement jusqu'en 2010, il a ensuite récupéré le portefeuille de la Coopération jusqu'à la fin du mandat de Nicolas Sarkozy, le 10 mai 2012.

Avec cet argent de l'UMP, Henri de Raincourt a donc arrondi son salaire de ministre (environ 14 000 euros) pendant de longs mois. Une situation qui interroge sur sa conception de la séparation des pouvoirs -- en l'occurrence entre exécutif et législatif --, un principe inscrit dans la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen dès 1789.

«A partir d'un élément, ils échafaudent des affirmations qui ne sont pas totalement fausses, mais avec beaucoup de confusion et d'erreurs. Et je peux parfaitement concevoir que ça peut être incompris par nos concitoyens qui ont une impression de magouille. Mais il n'y a aucune espèce de magouille. Il ne peut pas y en avoir», a assuré Henri de Raincourt au sujet des informations de Mediapart.

«S'il y avait eu des irrégularités, ça se saurait»

Chaque année, le Sénat verse plusieurs millions d'euros au groupe UMP pour financer ses travaux parlementaires. Une partie de cet argent public aurait servi à alimenter l'Union républicaine du Sénat (URS) et le Cercle de réflexion et d'études sur les problèmes internationaux (Crespi). Ces associations ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • pichou59 le mardi 10 fév 2015 à 17:38

    case prison; malheureusement la justice est un peu trop laxiste avec les élus et assimilés....; abus de biens sociaux, favoritisme, emplois fictifs....etc, la liste est sur google.

  • M8252219 le mardi 10 fév 2015 à 16:56

    tant que les richesses produites en France seront accaparées par les improductifs( 25%) de la population au travail!! ÉLUS,STATUTS SPÉCIAUX, HAUTS FONCTIONNAIRES, ADMINISTRATIFS DE LA FONCTION PUBLIQUES ,rien de positif ne sortira d'un gouvernement : c'est corporatisme et clientélisme à tous les étagesÉLUS, RÉGIMES SPÉCIAUX,HAUTS FONCTIONNAIRES,ADMINISTRATIFS DE LA FONCTION PUBLIQUE